Accéder au contenu principal

"Marlène"

"Marlène", nouvelle déjà parue dans la revue Paysages écrits (numéro 11)


Elle est seule face au miroir. Dans sa loge. Elle se démaquille. Ca lui prend de plus en plus de temps. Elle essaie de faire comme si elle ne s’en rendait pas compte. Comme si elle  n’avait pas remarqué le creusement de la ride du lion entre les sourcils. Les pattes d’oie autour des yeux. Les deux parenthèses autour de sa bouche qui s’ancrent chaque jour un peu plus profondément dans sa chair.
Quinze ans déjà qu’elle est là tous les soirs. Quinze ans déjà qu’elle cachetonne dans ce cabaret parisien. Quinze ans déjà qu’elle amuse, distrait, divertit, intrigue, excite, trouble et dérange parfois. Quinze ans qu’elle se produit sur scène. Pour des touristes japonais, américains, des provinciaux en goguette, des représentants en électroménager. Quinze ans. Et la poubelle à côté d’elle pleine de disques démaquillants usagés.

Quinze ans. Et des faux qui s’accumulent. Faux cils. Faux ongles. Faux seins. Perruques brunes, blondes, rousse. Quinze ans. Des dizaines de paires de talons aiguille. Rouge, noir, doré, argenté. Quinze ans. Et des robes moulantes en lamés  or, strass, paillettes. Quinze ans. Et des colliers de perles. Bagues et bracelets ornés de fausses pierres précieuses. Jupes à volants  Froufrous. Bustier noir en dentelle. Body rouge en satin. Quinze ans. Cuir et latex pour les soirées particulières. Porte-jarretelles, bas blancs et jupe plissée de collégienne lubrique.

Quinze ans. Presque l’âge qu’elle avait quand elle a commencé. Encore mineure. Elle s’était présentée au cabaret pour l’audition. Son imitation habitée de Dalida avait séduit tout de suite le patron et il l’avait engagée tout de suite. Double vie pendant deux ans. Au lycée, la journée et au cabaret le soir. Et les parents qui ne se doutent de rien. Ou qui font comme si. Et puis un soir de 31 décembre, en plein réveillon, autour de la table familiale du petit pavillon de banlieue où elle habitait, ses mots ont résonné longtemps, très longtemps, peut-être résonnent-ils encore. « A partir de maintenant, je veux qu’on m’appelle Marlène. Plus jamais Marc : Marlène. Marc est mort, il n’existe plus. »

Depuis ce soir-là, les seules  traces de Marc qu’il reste dans sa vie sont administratives : carte d’identité, passeport, permis de conduire, numéro de sécurité sociale. De Marc, Marlène a aussi conservé ce sexe encombrant qu’elle tente en vain de cacher sous ses robes de star… et cette pomme d’Adam qu’elle caresse parfois d’un air mélancolique et vaguement désespéré.

Posts les plus consultés de ce blog

Critique de "Sylvia, la fille dans le miroir" par Angélique Rodride

Très touchée de cette jolie critique de mon livre publiée sur son compte Facebook fin juillet 2023 par Angélique Rodride, écrivain talentueuse (notamment dans la revue l'Ampoule) et lectrice passionnée. On peut la suivre sur Instagram et la lire sur Atramenta. Un voyage unique qu’on ne peut oublier. J’ai vraiment aimé cette œuvre de Marianne Desroziers. Évidemment, il y a l’univers de Sylvia Plath, le monde de la littérature et de l’édition aussi en filigrane mais ce voyage dans l’univers sensible et si particulier d’Esther m’a profondément bouleversée. Soir ou matin , j’allais retrouver Esther et Sylvia… Des rencontres sans rendez-vous, des temps hors du temps qui m’interpelaient, me secouaient ou me consolaient. J’ai fini la lecture de « Sylvia, la fille dans le miroir » depuis plusieurs semaines et je suis encore fortement touchée par ce roman et hélas je n’arrive pas à trouver les mots pour le commenter à hauteur de ce qu’il m’a apporté. N’est-ce pas à cela que l’on reconnait

Présentation de "Sylvia, la fille dans le miroir" et du numéro 13 de l'Ampoule à la librairie du Basilic

Un grand merci aux libraires de la librairie du Basilic pour leur chaleureux accueil ce mercredi 5 juillet pour la présentation de mon premier roman paru aux éditions Sans Crispations et pour celle du dernier numéro en date de la revue l'Ampoule des éditions de l'Abat-Jour. Merci beaucoup également aux personnes qui se sont déplacées pour ce double évènement.  Marion Pain, artiste-illustratrice et Mehdi Perocheau, écrivain, publiés plusieurs fois dans la revue l'Ampoule et également auteur du feuilleton en ligne intitulé "Le coursier". L'écrivain Roland Goeller, publié de nombreuses fois dans la revue l'Ampoule et auteur du recueil "Failles" publié aux éditions de l'Abat-Jour fin 2022. La librairie du Basilic est une très belle librairie dédiée à l'imaginaire sous toutes ses formes, située en plein coeur de Bordeaux (non loin de la rue Sainte Catherine) au 20 rue du Mirail. Vous y trouverez des livres bien sûr (du beau livre au livre de p

Critique de "Sylvia, la fille dans le miroir" par Nathalie Zema

Merci à Nathalie Zema pour sa critique de mon roman sur le site Scifi-universe.com que je reproduis ici en intégralité et que l'on peut retrouver ici. Un récit fantastique bordelais Un texte profond et intimiste Si vous aimez le charme envoutant des romans fantastiques du XIXème siècle, approchez et découvrez le premier roman de  Marianne Desroziers .  Sylvia, la fille dans le miroir  est un récit intimiste et poétique, un texte beau et émouvant sur la quête de soi. Esther est une jeune femme qui vit à Bordeaux de nos jours. Elle sort du bureau de sa directrice de thèse, enthousiaste, elle va pouvoir étudier et écrire sur l’œuvre de Sylvia Plath une écrivaine et poétesse américaine. Elle rentre chargée de livres dans son petit appartement des Chartrons quand, de sa psyché en bois d’acajou, une voix lui demande : «  et ton poème ?  » Alors débute une conversation, après certes quelques hésitations et un café renversé, entre une jeune femme qui cherche sa voie et son autrice tant ad