Accéder au contenu principal

Vases communicants avec Alice Scaliger

Ce mois-ci, je vase communique avec Alice Scaliger. Nous avons choisi comme point de départ une vidéo extraite d'un spectacle de danse qu'Alice avait partagé sur son blog et que l'on peut voir en cliquant là. Il s'agit de "Nowhere", spectacle réunissant 26 danseurs et créé en 2009 par DIMITRIS PAPAIOANNOU en hommage à la chorégraphe PINA BAUSH.

Vous pouvez lire mon texte sur son blog par ici.

Et maintenant place au texte d'Alice : 
 
Nowhere.

Une naissance à l'envers.
Nulle part c'est l'ailleurs, et c'est le recommencement. Or nous savons bien que nous n'avons pas de deuxième chance.
Le réveillon de l'an 2000, c'était une nouvelle occasion. À Nantes, on ouvrait le Lieu Unique, et pour l'occasion Pina Bausch donnait un spectacle. J'ai pris le TGV, j'y suis allée. Il fallait traverser les rails du tramway, de ces rails entourés d'herbe sur laquelle fêtards et buveurs s'allongeaient déjà, encore parallèles à leurs canettes de bière. J'ai marché jusqu'au grand bâtiment tout proche. Nous nous sommes allongés dans des transats de toutes les couleurs. Le spectacle se passait au ciel, sous les étoiles exactement, avec des danseurs qui voltigeaient de trapèzes en trapèzes, et parmi de longues écharpes d'acrobates colorées.
Je ne suis jamais retournée à Nantes, depuis ce minuit-là.
Nowhere, c'est le lieu où nos possibles rencontrent la chance d'une naissance. Dans les bras accueilli, se replier en position fœtale, repartir nu comme on est né.
C'est à ce désespoir que j'appartiens, debout sur la déchirure de l'instant. Le mot unique dit cela. Oh ! On peut bien rendre hommage, se souvenir. Nous ne sommes que des humains, après tout. Nous avons besoin de cette beauté fragile.
Dans ma mémoire, des danseurs entortillés dans de longues écharpes colorées m'offrent parfois l'oubli, petites capsules que je déroule, petits souvenirs sucrés. Dans cet endroit précis, Nowhere.

Rappel sur le principe des Vases Communicants :
Tiers Livre (http://www.tierslivre.net/) et Scriptopolis (http://www.scriptopolis.fr/) sont à l'initiative d'un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d'un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre.
Il existe un groupe Facebook destiné à organiser ces échanges : n'hésitez pas à vous inscrire si vous avez un blog et souhaitez participer. 
Merci spécial à Angèle Casanova qui organise dorénavant ces échanges en amont (à la suite et dans la continuité de Brigitte Célérier) mais aussi en aval avec son regard sur nos échanges, des lectures audio et autres réjouissantes nouveautés à découvrir là. 

Posts les plus consultés de ce blog

Critique de "Sylvia, la fille dans le miroir" par Angélique Rodride

Très touchée de cette jolie critique de mon livre publiée sur son compte Facebook fin juillet 2023 par Angélique Rodride, écrivain talentueuse (notamment dans la revue l'Ampoule) et lectrice passionnée. On peut la suivre sur Instagram et la lire sur Atramenta. Un voyage unique qu’on ne peut oublier. J’ai vraiment aimé cette œuvre de Marianne Desroziers. Évidemment, il y a l’univers de Sylvia Plath, le monde de la littérature et de l’édition aussi en filigrane mais ce voyage dans l’univers sensible et si particulier d’Esther m’a profondément bouleversée. Soir ou matin , j’allais retrouver Esther et Sylvia… Des rencontres sans rendez-vous, des temps hors du temps qui m’interpelaient, me secouaient ou me consolaient. J’ai fini la lecture de « Sylvia, la fille dans le miroir » depuis plusieurs semaines et je suis encore fortement touchée par ce roman et hélas je n’arrive pas à trouver les mots pour le commenter à hauteur de ce qu’il m’a apporté. N’est-ce pas à cela que l’on reconnait

Présentation de "Sylvia, la fille dans le miroir" et du numéro 13 de l'Ampoule à la librairie du Basilic

Un grand merci aux libraires de la librairie du Basilic pour leur chaleureux accueil ce mercredi 5 juillet pour la présentation de mon premier roman paru aux éditions Sans Crispations et pour celle du dernier numéro en date de la revue l'Ampoule des éditions de l'Abat-Jour. Merci beaucoup également aux personnes qui se sont déplacées pour ce double évènement.  Marion Pain, artiste-illustratrice et Mehdi Perocheau, écrivain, publiés plusieurs fois dans la revue l'Ampoule et également auteur du feuilleton en ligne intitulé "Le coursier". L'écrivain Roland Goeller, publié de nombreuses fois dans la revue l'Ampoule et auteur du recueil "Failles" publié aux éditions de l'Abat-Jour fin 2022. La librairie du Basilic est une très belle librairie dédiée à l'imaginaire sous toutes ses formes, située en plein coeur de Bordeaux (non loin de la rue Sainte Catherine) au 20 rue du Mirail. Vous y trouverez des livres bien sûr (du beau livre au livre de p

Critique de "Sylvia, la fille dans le miroir" par Nathalie Zema

Merci à Nathalie Zema pour sa critique de mon roman sur le site Scifi-universe.com que je reproduis ici en intégralité et que l'on peut retrouver ici. Un récit fantastique bordelais Un texte profond et intimiste Si vous aimez le charme envoutant des romans fantastiques du XIXème siècle, approchez et découvrez le premier roman de  Marianne Desroziers .  Sylvia, la fille dans le miroir  est un récit intimiste et poétique, un texte beau et émouvant sur la quête de soi. Esther est une jeune femme qui vit à Bordeaux de nos jours. Elle sort du bureau de sa directrice de thèse, enthousiaste, elle va pouvoir étudier et écrire sur l’œuvre de Sylvia Plath une écrivaine et poétesse américaine. Elle rentre chargée de livres dans son petit appartement des Chartrons quand, de sa psyché en bois d’acajou, une voix lui demande : «  et ton poème ?  » Alors débute une conversation, après certes quelques hésitations et un café renversé, entre une jeune femme qui cherche sa voie et son autrice tant ad