Accéder au contenu principal

Critique de "Fantasmagories. Contes noirs et flamboyants" par Nathalie Z. sur Scifi Universe

Contes noirs et flamboyants sur l’enfance

Il est des livres que l’on ne trouve pas partout, des œuvres qui ne seront pas en tête de gondole d’une grande chaîne de magasin culturel et pourtant il serait dommage de passer à côté.
Fantasmagories est un recueil de contes étonnants. Centrés sur le thème de l’enfance, ces quinze histoires courtes dépeignent toute la beauté froide de cette période souvent décrite comme merveilleuse et lumineuse. Loin des clichés, ces nouvelles assument la noirceur de cet âge et les transformations troublantes qui l’accompagnent, ses aspirations et ses cauchemars. Alliant surnaturel et poésie, Marianne Desroziers utilise sa plume pour émouvoir, provoquer, étonner son lectorat en ramenant vers lui sa part d'enfance oubliée. 
 
Marianne Desroziers y déroule ainsi un style fin, onirique et puissant. On est remué, surpris et même bouleversé par certaines de ses histoires qui trahissent une vraie connaissance des souffrances de l’enfance. Son écriture précise cisaille les sentiments de ces mômes et les nôtres aussi un peu. Alors, on replonge dans cette période de notre vie avec un autre regard sans nostalgie mais avec la joie de l’avoir vécu et d’avoir survécu. 

« Cette réalité de l'enfance, réalité grave, héroïque, mystérieuse, que d'humbles détails alimentent et dont l'interrogatoire des grandes personnes dérange brutalement la féerie. »
Jean Cocteau, « Les Enfants terribles », 1929.
Par cet aspect fantasmagorique et donc l’ajout du fantastique, l’autrice nous transporte au cœur de la vie d’enfants très divers. L’un rentre chez lui nostalgique, l’autre rêve de partir loin sur l’océan. Certains rêvent d’aventures, d’autres d’être aimés. Certains sont proches de franchir la frontière entre vivants et morts, d’autres découvrent une vie souterraine d’une beauté terrifiante. Garçons perdus, fantôme ou encore enfant sauvage, Marianne Desroziers les dépeint avec sensibilité et parfois avec violence. Graves ou merveilleux, ces contes sont métaphoriques et noirs mais terriblement près de la véritable nature de l’enfance, cruels parfois comme la réalité peut l'être. Le désir de liberté, d'évasion, de s’émanciper est très présent dans l'œuvre. De même, les animaux sont souvent inclus dans la vie de ces enfants, réels ou symboliques. L'autrice a créé un bestiaire lié aux instincts enfantins allant de l'ours au cheval en passant par l'araignée et le papillon. Se sentent également dans ses inspirations les contes d'Andersen, le réalisme magique typique sud-américain, le gothique anglais ou encore la littérature russe. 

« Mes sources d'inspiration sont toujours multiples […] Souvent, je ne pars pas d'une idée ou d'un thème, mais plutôt d'un personnage ou d'un décor. Dans tous les cas, j'ai besoin d'un point de départ : un détail qui retient mon attention, accroche ma mémoire et mon inconscient. Je peux le trouve dans le réel qui m'entoure mais aussi dans une œuvre d'art, un tableau, un film, une musique, un livre. »
Marianne Desroziers sur son travail.
Les éditions de l’Abat-jour sont exigeantes en terme de littérature, elles cherchent de l’incorrect, du dérangeant, du poétique. Fantasmagories répond à ces critères et vous fera passer un étrange et intense moment de lecture.

La conclusion de à propos du Livre : Fantasmagories

Fantasmagories est un recueil de quinze nouvelles abouties, sombres et cruelles parfois. Avec un style particulier, onirique et puissant, Marianne Desroziers dépeint les mille facettes de l'enfance avec sensibilité et par le biais du fantastique. Plonger dans ces histoires courtes est une expérience de lecture surprenante et émouvante...Parfois même dérangeante. La poésie noire de l'autrice est rare et fine, il serait dommage de ne pas y goûter. 

Grand merci à Nathalie Z. pour cette critique. Vous pouvez la retrouver sur le site hautement recommandable Scifi-universe.com.
 

Posts les plus consultés de ce blog

Critique de "Sylvia, la fille dans le miroir" par Angélique Rodride

Très touchée de cette jolie critique de mon livre publiée sur son compte Facebook fin juillet 2023 par Angélique Rodride, écrivain talentueuse (notamment dans la revue l'Ampoule) et lectrice passionnée. On peut la suivre sur Instagram et la lire sur Atramenta. Un voyage unique qu’on ne peut oublier. J’ai vraiment aimé cette œuvre de Marianne Desroziers. Évidemment, il y a l’univers de Sylvia Plath, le monde de la littérature et de l’édition aussi en filigrane mais ce voyage dans l’univers sensible et si particulier d’Esther m’a profondément bouleversée. Soir ou matin , j’allais retrouver Esther et Sylvia… Des rencontres sans rendez-vous, des temps hors du temps qui m’interpelaient, me secouaient ou me consolaient. J’ai fini la lecture de « Sylvia, la fille dans le miroir » depuis plusieurs semaines et je suis encore fortement touchée par ce roman et hélas je n’arrive pas à trouver les mots pour le commenter à hauteur de ce qu’il m’a apporté. N’est-ce pas à cela que l’on reconnait

Présentation de "Sylvia, la fille dans le miroir" et du numéro 13 de l'Ampoule à la librairie du Basilic

Un grand merci aux libraires de la librairie du Basilic pour leur chaleureux accueil ce mercredi 5 juillet pour la présentation de mon premier roman paru aux éditions Sans Crispations et pour celle du dernier numéro en date de la revue l'Ampoule des éditions de l'Abat-Jour. Merci beaucoup également aux personnes qui se sont déplacées pour ce double évènement.  Marion Pain, artiste-illustratrice et Mehdi Perocheau, écrivain, publiés plusieurs fois dans la revue l'Ampoule et également auteur du feuilleton en ligne intitulé "Le coursier". L'écrivain Roland Goeller, publié de nombreuses fois dans la revue l'Ampoule et auteur du recueil "Failles" publié aux éditions de l'Abat-Jour fin 2022. La librairie du Basilic est une très belle librairie dédiée à l'imaginaire sous toutes ses formes, située en plein coeur de Bordeaux (non loin de la rue Sainte Catherine) au 20 rue du Mirail. Vous y trouverez des livres bien sûr (du beau livre au livre de p

Critique de "Sylvia, la fille dans le miroir" par Nathalie Zema

Merci à Nathalie Zema pour sa critique de mon roman sur le site Scifi-universe.com que je reproduis ici en intégralité et que l'on peut retrouver ici. Un récit fantastique bordelais Un texte profond et intimiste Si vous aimez le charme envoutant des romans fantastiques du XIXème siècle, approchez et découvrez le premier roman de  Marianne Desroziers .  Sylvia, la fille dans le miroir  est un récit intimiste et poétique, un texte beau et émouvant sur la quête de soi. Esther est une jeune femme qui vit à Bordeaux de nos jours. Elle sort du bureau de sa directrice de thèse, enthousiaste, elle va pouvoir étudier et écrire sur l’œuvre de Sylvia Plath une écrivaine et poétesse américaine. Elle rentre chargée de livres dans son petit appartement des Chartrons quand, de sa psyché en bois d’acajou, une voix lui demande : «  et ton poème ?  » Alors débute une conversation, après certes quelques hésitations et un café renversé, entre une jeune femme qui cherche sa voie et son autrice tant ad