Accéder au contenu principal

Les éditions de l'Abat-Jour dans le webzine culturel bordelais Happen

Les éditions de l'Abat-Jour mises à l'honneur dans le webzine bordelais Happen grâce à un article de Camille Galy illustré par des photographies de Pierre Lansac (et il a eu bien du mérite entre le vent qui soufflait très fort ce jour-là au Jardin Public et ma mâchoire gonflée à cause d'une extraction de dent de sagesse la veille). Qu'ils en soient tous les deux remerciés, de même que toute l'équipe de cette belle revue culturelle en ligne qui met en lumière les acteurs culturels de la métropole bordelaise et rend compte de l'actualité artistique locale. 

Voici le début de ce bel article : pour lire la suite rendez-vous sur le site d'Happen.
 
Les Editions de l’Abat-Jour exercent depuis près de 10 ans déjà à Bordeaux et diffusent des ouvrages hors des sentiers battus. Happe:n a discuté avec Marianne Desroziers, autrice et bénévole aux Editions de l’Abat-Jour, pour en apprendre plus !

Les protagonistes

Les Editions de l’Abat-Jour sont nées à la fin de l’année 2010, et fêteront leurs 10 ans en 2020. La création de la maison d’édition est d’abord l’œuvre d’un seul homme : Franck Joannic. Cette démarche correspond à sa volonté de publier des livres et des revues qui lui ressemblent ou qu’il aurait envie de lire. Marianne Desroziers l’a par la suite rejoint et accompagné dans cette démarche « avec enthousiasme », et a joué un rôle particulièrement important quant à leur revue littéraire L’Ampoule, ainsi que sur l’Anthologie littéraire décadente (récemment publiée). Franck Joannic est relecteur-correcteur, et consacre le maximum de son temps aux Editions de l’Abat-Jour. Marianne Desroziers est bénévole, et travaille quand elle le peut aux projets de la maison d’édition. Tous deux se considèrent comme les « maitres d’œuvres » de la maison d’édition, mais n’oublient pas pour autant que les ouvrages et revues sont le fruit du travail des auteurs et artistes qui y contribuent.

Sombre littérature et littérature sombre

Le Editions de l’Abat-jour ont une certaine tendance à publier des œuvres qui sortent de l’ordinaire. Sur le site, le ton est clairement donné : « Littérature exigeante et atypique : romans dérangeants, nouvelles incorrectes, humour noir et mauvais genre revendiqué ». Pourtant, d’après Marianne Desroziers, ce n’est pas un choix de départ, mais plutôt quelque chose qui découle de la littérature que Franck Joannic et elle aiment lire, qui est très éloignée des « feel-good books » en vogue ces derniers temps. Pour elle, la très bonne littérature est souvent sombre : Céline, Huysmans et Lautréamont sont des références essentielles à ses yeux. « Ce ne sont pas vraiment des joyeux drilles ! ». Pour les éditions de l’Abat-Jour, ce qui est primordial dans un livre, c’est sa force, son originalité, la radicalité et le style. D’autres auteurs, comme Lovecraft, ont pu inspirer l’auteur phare de la maison d’édition, Christophe Lartas.

Certains de leurs auteurs sont intéressés par les faits divers et ce qu’ils révèlent de l’âme humaine, d’autres sont immergés dans des univers fantastiques qui en disent beaucoup sur nos sociétés, d’autres encore penchent du côté de la critique sociale, sans pour autant oublier le souffle poétique qui porte leurs histoires (« car nous sommes attachés aux histoires et aux personnages »). Enfin, certains développent un univers tendre et drôle, inventif et foisonnant, influencé autant par la BD franco-belge que par l’humour des Monty Python… « car nous aimons rire aussi ! »

Posts les plus consultés de ce blog

Critique de "Sylvia, la fille dans le miroir" par Angélique Rodride

Très touchée de cette jolie critique de mon livre publiée sur son compte Facebook fin juillet 2023 par Angélique Rodride, écrivain talentueuse (notamment dans la revue l'Ampoule) et lectrice passionnée. On peut la suivre sur Instagram et la lire sur Atramenta. Un voyage unique qu’on ne peut oublier. J’ai vraiment aimé cette œuvre de Marianne Desroziers. Évidemment, il y a l’univers de Sylvia Plath, le monde de la littérature et de l’édition aussi en filigrane mais ce voyage dans l’univers sensible et si particulier d’Esther m’a profondément bouleversée. Soir ou matin , j’allais retrouver Esther et Sylvia… Des rencontres sans rendez-vous, des temps hors du temps qui m’interpelaient, me secouaient ou me consolaient. J’ai fini la lecture de « Sylvia, la fille dans le miroir » depuis plusieurs semaines et je suis encore fortement touchée par ce roman et hélas je n’arrive pas à trouver les mots pour le commenter à hauteur de ce qu’il m’a apporté. N’est-ce pas à cela que l’on reconnait

Présentation de "Sylvia, la fille dans le miroir" et du numéro 13 de l'Ampoule à la librairie du Basilic

Un grand merci aux libraires de la librairie du Basilic pour leur chaleureux accueil ce mercredi 5 juillet pour la présentation de mon premier roman paru aux éditions Sans Crispations et pour celle du dernier numéro en date de la revue l'Ampoule des éditions de l'Abat-Jour. Merci beaucoup également aux personnes qui se sont déplacées pour ce double évènement.  Marion Pain, artiste-illustratrice et Mehdi Perocheau, écrivain, publiés plusieurs fois dans la revue l'Ampoule et également auteur du feuilleton en ligne intitulé "Le coursier". L'écrivain Roland Goeller, publié de nombreuses fois dans la revue l'Ampoule et auteur du recueil "Failles" publié aux éditions de l'Abat-Jour fin 2022. La librairie du Basilic est une très belle librairie dédiée à l'imaginaire sous toutes ses formes, située en plein coeur de Bordeaux (non loin de la rue Sainte Catherine) au 20 rue du Mirail. Vous y trouverez des livres bien sûr (du beau livre au livre de p

Critique de "Sylvia, la fille dans le miroir" par Nathalie Zema

Merci à Nathalie Zema pour sa critique de mon roman sur le site Scifi-universe.com que je reproduis ici en intégralité et que l'on peut retrouver ici. Un récit fantastique bordelais Un texte profond et intimiste Si vous aimez le charme envoutant des romans fantastiques du XIXème siècle, approchez et découvrez le premier roman de  Marianne Desroziers .  Sylvia, la fille dans le miroir  est un récit intimiste et poétique, un texte beau et émouvant sur la quête de soi. Esther est une jeune femme qui vit à Bordeaux de nos jours. Elle sort du bureau de sa directrice de thèse, enthousiaste, elle va pouvoir étudier et écrire sur l’œuvre de Sylvia Plath une écrivaine et poétesse américaine. Elle rentre chargée de livres dans son petit appartement des Chartrons quand, de sa psyché en bois d’acajou, une voix lui demande : «  et ton poème ?  » Alors débute une conversation, après certes quelques hésitations et un café renversé, entre une jeune femme qui cherche sa voie et son autrice tant ad