Accéder au contenu principal

Critique de "Fantasmagories. Contes noirs et flamboyants" par Patricia Houéfa Grange

     

                                                       Photo : Patricia Houéfa Grange

"Ce recueil de contes noirs et flamboyants est en effet un livre-passage à bien des niveaux. Passage de l’enfance à l’adolescence, passage de l’adolescence au monde adulte, passage du monde humain au monde animal, voire à celui des éléments, du rêve au réel, de la souffrance à la délivrance, de l’innocence au crime, du monde des vivants à celui des morts, en laissant toujours, telle la veilleuse de nos jeunes nuits, la porte entrouverte – titre du récit d’ouverture.

Là encore, la poésie est bien présente au fil de ces quinze récits, délicate, juste, onirique et fantastique. Même si nous sommes toutes et tous des exilé.e.s de nos enfances et que nombre d’entre nous en sommes nostalgiques, ce recueil vient nous rappeler à quel point, au moment où nous la vivions, nous avons pu nous en sentir prisonniers et prisonnières. A quel point nous avons pu nous ennuyer, attendre avec impatience de « devenir grands » pour ne plus avoir à respecter les règles imposées par nos parents, attendre avec impatience d’élargir nos horizons, à quel point cauchemars et terreurs incontrôlables ont pu nous paniquer, à quel point nous nous sommes souvent réfugiés dans nos rêveries et nos imaginaires qui dessinaient alors notre seul monde réel. L’enfance n’est pas un long fleuve idyllique. Et enfance ne rime pas toujours avec innocence. Un enfant est un être aussi complexe qu’un adulte et ce sont ces différentes facettes que les quinze contes en clair-obscur de Marianne Desroziers explorent aussi.

Enfin, la figure maternelle est centrale entre les pages de ces Fantasmagories. La mère et son corps, protecteur – ou pas, présent – ou pas, ce corps dont on est issu et dans lequel souvent on souhaiterait retourner, mais dont on peut aussi vouloir s’éloigner au plus vite. La mère/la maison, la protection/la prison.

Au final, lorsqu’il faut finir par franchir la frontière et jouer à être adulte, peut-être que nous faisons tous comme les deux héros de la nouvelle de clôture, L’amour du feu, mais je ne vous en dirai pas plus.

"Fantasmagories- Contes noirs et flamboyants" aux Éditions de l’Abat-jour est un recueil à la lecture très touchante, aigre-douce, saveur enfance. Il forme un ensemble cohérent dont j’ai apprécié chacune des pièces, avec une préférence cependant pour les contes mettant en scène une certaine inversion : le défunt qui n’a pas encore réalisé qu’il est mort, le rêvé qui raconte la rêveuse…."

Merci à Patricia Houéfa Grange, poétesse, traductrice et artiste aux talents multiples, pour cette belle critique postée sur son blog, Papillons de mots sous le titre "Lectures monstres et fantômes" ici.

 

 

Posts les plus consultés de ce blog

Critique de "Sylvia, la fille dans le miroir" par Angélique Rodride

Très touchée de cette jolie critique de mon livre publiée sur son compte Facebook fin juillet 2023 par Angélique Rodride, écrivain talentueuse (notamment dans la revue l'Ampoule) et lectrice passionnée. On peut la suivre sur Instagram et la lire sur Atramenta. Un voyage unique qu’on ne peut oublier. J’ai vraiment aimé cette œuvre de Marianne Desroziers. Évidemment, il y a l’univers de Sylvia Plath, le monde de la littérature et de l’édition aussi en filigrane mais ce voyage dans l’univers sensible et si particulier d’Esther m’a profondément bouleversée. Soir ou matin , j’allais retrouver Esther et Sylvia… Des rencontres sans rendez-vous, des temps hors du temps qui m’interpelaient, me secouaient ou me consolaient. J’ai fini la lecture de « Sylvia, la fille dans le miroir » depuis plusieurs semaines et je suis encore fortement touchée par ce roman et hélas je n’arrive pas à trouver les mots pour le commenter à hauteur de ce qu’il m’a apporté. N’est-ce pas à cela que l’on reconnait

Présentation de "Sylvia, la fille dans le miroir" et du numéro 13 de l'Ampoule à la librairie du Basilic

Un grand merci aux libraires de la librairie du Basilic pour leur chaleureux accueil ce mercredi 5 juillet pour la présentation de mon premier roman paru aux éditions Sans Crispations et pour celle du dernier numéro en date de la revue l'Ampoule des éditions de l'Abat-Jour. Merci beaucoup également aux personnes qui se sont déplacées pour ce double évènement.  Marion Pain, artiste-illustratrice et Mehdi Perocheau, écrivain, publiés plusieurs fois dans la revue l'Ampoule et également auteur du feuilleton en ligne intitulé "Le coursier". L'écrivain Roland Goeller, publié de nombreuses fois dans la revue l'Ampoule et auteur du recueil "Failles" publié aux éditions de l'Abat-Jour fin 2022. La librairie du Basilic est une très belle librairie dédiée à l'imaginaire sous toutes ses formes, située en plein coeur de Bordeaux (non loin de la rue Sainte Catherine) au 20 rue du Mirail. Vous y trouverez des livres bien sûr (du beau livre au livre de p

Critique de "Sylvia, la fille dans le miroir" par Nathalie Zema

Merci à Nathalie Zema pour sa critique de mon roman sur le site Scifi-universe.com que je reproduis ici en intégralité et que l'on peut retrouver ici. Un récit fantastique bordelais Un texte profond et intimiste Si vous aimez le charme envoutant des romans fantastiques du XIXème siècle, approchez et découvrez le premier roman de  Marianne Desroziers .  Sylvia, la fille dans le miroir  est un récit intimiste et poétique, un texte beau et émouvant sur la quête de soi. Esther est une jeune femme qui vit à Bordeaux de nos jours. Elle sort du bureau de sa directrice de thèse, enthousiaste, elle va pouvoir étudier et écrire sur l’œuvre de Sylvia Plath une écrivaine et poétesse américaine. Elle rentre chargée de livres dans son petit appartement des Chartrons quand, de sa psyché en bois d’acajou, une voix lui demande : «  et ton poème ?  » Alors débute une conversation, après certes quelques hésitations et un café renversé, entre une jeune femme qui cherche sa voie et son autrice tant ad