Accéder au contenu principal

Journal d'une française en résidence d'écriture en Allemagne : troisième semaine

Troisième semaine à la Villa Clémentine... joli appartement sous les toits avec vue sur le parc d'un côté et vue sur une grande rue de l'autre, un lieu qui se mérite (72 marches et je refuse de prendre l'ascenseur). 
Une semaine pluvieuse qui a fait que je suis moins sortie... Je suis quand même allée voir la charmante bibliothèque municipale qui propose un bon rayon de littérature française en français... où Proust et Balzac côtoient Geneviève Brisac, Arnaud Cathrine ou Marie-Hélène Lafon (il y a aussi Marc Lévy, Guillaume Musso, Amélie Nothomb mais passons !). Etonnée de voir que des paniers en plastique comme au supermarché sont à disposition des usagers pour y mettre leurs livres, CD, DVD.
J'ai appris quelques mots en allemand en furetant dans les rayons enfants avec mon mini dictionnaire français/allemand : des mots comme animaux, cheval, sorcière ou pirate... c'est un début ! Sinon j'apprends aussi des mots en lisant sur les emballages d'aliments (je n'ai pas envie de manger n'importe quoi).  
Je marche toujours beaucoup dans les parcs, j'ai commencé à faire des photos sur les arbres qui commencent à changer de couleur avec l'automne. 


Sur le chemin entre le premier et le deuxième parc, tous les samedis sans exception depuis que je suis là, je croise une limousine et un couple de mariés avec un photographe à leur trousse qui les fait poser toujours aux mêmes endroits (dans le parc et dans le hall du casino qui est magnifique). Seule la couleur de la robe meringue change (blanc, vert, rose), sinon tout est pareil : déprimant ce manque d'originalité !


En ville, j'aime me promener au hasard des rues, j'entre dans les magasins, je regarde. Il y a parfois de jolies vitrines à admirer...
 

 Devanture de pharmacie


  Oeuvre de l'artiste contemporain Marcel Schiele, devant le Nassauischer Kunstverein (que je n'ai pas encore visité), à deux pas de la Villa Clémentine

Gare Centrale de Wiesbaden 

 La chanson française est bien représentée dans les boutiques de Wiesbaden !

Enfin, pour l'anecdote, vous auriez dû me voir dans le kiosque à journaux de la gare de Wiesbaden à feuilleter frénétiquement le dernier "Elle" comme si c'était Les Inrocks, Le magazine littéraire ou Le Matricule des Anges... comique ! mais j'étais tellement contente de trouver un magazine en français au milieu de centaines ou milliers de titres en allemand que je n'ai pas fait la fine bouche... bon je ne l'ai quand même pas acheté, j'ai juste lu les pages Littérature.  

Je crois souvent entendre des gens parler en français dehors... fausse alerte, c'est de l'allemand. Le mal du pays me guette je crois. 

Cette semaine j'ai écrit... 3 nouvelles, j'en ai terminé une commencée la semaine dernière et entamé une autre. J'ai retravaillé toutes les nouvelles qui me semblaient pas assez détaillées ou nécessitant une (re)mise en forme.



Cette semaine j'ai lu... "Adélia ou l'égarement" de Marlène Soreda (Exils)

La suite au prochain épisode (dimanche 27 septembre)

Posts les plus consultés de ce blog

Critique de "Sylvia, la fille dans le miroir" par Angélique Rodride

Très touchée de cette jolie critique de mon livre publiée sur son compte Facebook fin juillet 2023 par Angélique Rodride, écrivain talentueuse (notamment dans la revue l'Ampoule) et lectrice passionnée. On peut la suivre sur Instagram et la lire sur Atramenta. Un voyage unique qu’on ne peut oublier. J’ai vraiment aimé cette œuvre de Marianne Desroziers. Évidemment, il y a l’univers de Sylvia Plath, le monde de la littérature et de l’édition aussi en filigrane mais ce voyage dans l’univers sensible et si particulier d’Esther m’a profondément bouleversée. Soir ou matin , j’allais retrouver Esther et Sylvia… Des rencontres sans rendez-vous, des temps hors du temps qui m’interpelaient, me secouaient ou me consolaient. J’ai fini la lecture de « Sylvia, la fille dans le miroir » depuis plusieurs semaines et je suis encore fortement touchée par ce roman et hélas je n’arrive pas à trouver les mots pour le commenter à hauteur de ce qu’il m’a apporté. N’est-ce pas à cela que l’on reconnait

Présentation de "Sylvia, la fille dans le miroir" et du numéro 13 de l'Ampoule à la librairie du Basilic

Un grand merci aux libraires de la librairie du Basilic pour leur chaleureux accueil ce mercredi 5 juillet pour la présentation de mon premier roman paru aux éditions Sans Crispations et pour celle du dernier numéro en date de la revue l'Ampoule des éditions de l'Abat-Jour. Merci beaucoup également aux personnes qui se sont déplacées pour ce double évènement.  Marion Pain, artiste-illustratrice et Mehdi Perocheau, écrivain, publiés plusieurs fois dans la revue l'Ampoule et également auteur du feuilleton en ligne intitulé "Le coursier". L'écrivain Roland Goeller, publié de nombreuses fois dans la revue l'Ampoule et auteur du recueil "Failles" publié aux éditions de l'Abat-Jour fin 2022. La librairie du Basilic est une très belle librairie dédiée à l'imaginaire sous toutes ses formes, située en plein coeur de Bordeaux (non loin de la rue Sainte Catherine) au 20 rue du Mirail. Vous y trouverez des livres bien sûr (du beau livre au livre de p

Critique de "Sylvia, la fille dans le miroir" par Nathalie Zema

Merci à Nathalie Zema pour sa critique de mon roman sur le site Scifi-universe.com que je reproduis ici en intégralité et que l'on peut retrouver ici. Un récit fantastique bordelais Un texte profond et intimiste Si vous aimez le charme envoutant des romans fantastiques du XIXème siècle, approchez et découvrez le premier roman de  Marianne Desroziers .  Sylvia, la fille dans le miroir  est un récit intimiste et poétique, un texte beau et émouvant sur la quête de soi. Esther est une jeune femme qui vit à Bordeaux de nos jours. Elle sort du bureau de sa directrice de thèse, enthousiaste, elle va pouvoir étudier et écrire sur l’œuvre de Sylvia Plath une écrivaine et poétesse américaine. Elle rentre chargée de livres dans son petit appartement des Chartrons quand, de sa psyché en bois d’acajou, une voix lui demande : «  et ton poème ?  » Alors débute une conversation, après certes quelques hésitations et un café renversé, entre une jeune femme qui cherche sa voie et son autrice tant ad