Accéder au contenu principal

Critique de Lisières, par Yasmina Hasnaoui

Lire Lisières c’est entrer dans un monde où l’ordinaire et l’extraordinaire se confondent. C’est accepter de voir des ombres furtives, des souvenirs se matérialiser, un horizon trouble où des êtres semblent sortir de nulle part. En un mot c’est être dans un ailleurs.
C’est avec talent que Marianne Desroziers entraîne son lecteur dans cet univers tout en ambiguïté. Très friande, je me ne suis pas laissé prier.
Marianne a su dans ces courtes nouvelles plonger le lecteur dans une atmosphère, parfois lourde et angoissante, tout en laissant à celui-ci le choix d’interprétation et c’est ce que j’ai apprécié dans ce recueil.
J’ai particulièrement aimé « La couverture rouge », texte à la sensibilité à fleur de peau, porte ouverte à cette possibilité de se jouer de la mort. Le texte est court comparé aux autres mais je pense qu’il est le cœur de ce recueil.
J’ai moins aimé La disparition de la photo. Je lui trouve quelques faiblesses. Je crois que plus court, avec moins de détails sur les souvenirs de cette femme, ce texte aurait gagné en force. En fait, j’ai deviné très tôt, trop tôt. L’effet de surprise n’était pas au rendez-vous.
Le Vice enfin puni est une petite récréation dans cette lecture. En quelques pages, le lecteur est invité à faire une pause ludique, le temps de se remettre avant de s’asseoir sur cette fameuse couverture rouge.
Marianne crée, dans un style simple et clair, usant de monologues intérieurs, une ambiance et suggère sans dire. Il y a, à mon avis, une petite faiblesse quant à la voix de ce livre. D’une histoire à l’autre, j’ai eu le sentiment d’entendre la même. C’est un petit reproche qu’on pourrait lui faire. La boîte, le fauteuil sont des objets que nous retrouvons au moins déjà dans deux nouvelles.
Mais, au moment même où j’écris cette phrase, je me dis que peut-être cette voix unique est voulue.
Ne serait-ce pas un seul être qui, à l’instar du personnage du Vice enfin puni qui nous parle ?
Tout est possible. A nous d’interpréter.

Posts les plus consultés de ce blog

Salon du livre à Caudéran le 30 septembre 2018

Je serai à Caudéran centre le dimanche 30 septembre de 9h30 à 17h avec d'autres auteurs (dont Suzanne Max et Florent Lucéa) pour un mini-salon du livre. Durant cette journée festive organisée par l'AGJA, vous pourrez non seulement découvrir nos livres et nous rencontrer dans l'espace "boutique des auteurs" mais aussi participer à de nombreuses animations sportives, artistiques et ludiques en famille ou entre amis.  A signaler aussi : concerts, ateliers d'artistes et marché gourmand...
Je présenterai mes deux derniers livres parus en 2017 et 2018 "Fantasmagories. Contes noirs et flamboyants" et "Ma mère en automne. Photopoèmes." ainsi que les 3 numéros de la revue l'Ampoule ! Venez nombreux, l'entrée est gratuite !  Pour voir le détail du programme de La Caudéranie 2018 et s'inscrire pour participer au challenge ludique pour gagner des cadeaux, c'est par là.

Un poème dans la revue Dissonances n° 34

Un de mes poèmes sera au sommaire du prochain numéro de la revue Dissonances à paraître en mai 2018.  Il s'agit du n° 34 sur le thème des traces, entièrement illustré par Armelle Le Dantec. Plus d'infos sur le site de la revue.