Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du février, 2018

L'escalier de l'opéra, extrait du recueil "Fantasmagories"

Opéra de Wiesbaden. Photo : Marianne Desroziers
« Le bâtiment se dressait fièrement derrière le parc, tel un temple païen édifié au culte de l’art. Devant sa façade, un monument à la mémoire de Schiller, réalisé pour le centenaire de sa mort, les accueillit. L’enfant ressentit au fond de lui la force inouïe qui se dégageait de cet ensemble. Tout était majestueux, admirable au point d’en être effrayant. Il en avait le souffle coupé, la gorge sèche. Mark vivait dans un petit appartement du quartier ouvrier, à l’autre bout de la ville. Il n’était pas habitué à admirer de tels édifices, si hauts, si beaux. Dans son quartier, il n’avait sous les yeux que des squats tagués et des maisons laissées à l’abandon. Il resta un long moment à admirer la façade, comme hypnotisé. »

L'Envol, le 7 avril 2018

Je vous donne rendez-vous le samedi 7 avril à l'Espace Malbec dès 10h pour le Salon L'Envol. J'aurai le plaisir d'y présenter mon dernier livre paru, "Fantasmagories. Contes noirs et flamboyants" (Editions de l'Abat-Jour). 
J'y serai en bonne compagnie puisque nous serons 24 auteurs, dont Suzanne Max et Laure Mezarigue que je suis contente de retrouver pour cet évènement littéraire bordelais qui promet d'être intéressant et sympathique.  

Le livret présentant les auteurs, leurs livres et tous les partenaires est disponible là.

Quelque chose dessous, extrait du recueil "Fantasmagories"

« Et cette impression persistante qu’il y a quelque chose sous les fleurs de la tapisserie, sous le lit rose à baldaquin, sous le bureau parfaitement rangé, sous la bibliothèque aux livres scrupuleusement classés par ordre alphabétique, sous le tapis à l’odeur d’assouplissant à la lavande, sous les lattes en bois du parquet impeccablement ciré de sa chambre. Il y a quelque chose d’autre sous les apparences trop lisses, trop propres, trop ordonnées de la maison d’Alicia. »

"Bordeaux est une fête", livre pauvre avec Ghislaine Lejard

Voici mon premier livre pauvre, réalisé en collaboration avec Ghislaine Lejard qui m'a invitée à écrire un poème à partir de ses illustrations.  Il s'agit d'un poème intitulé "Bordeaux est une fête".  Les livres de cette collection seront exposés au festival Zinzoline et à la médiathèque de Blaye en février et mars 2018.

Invisibles aux yeux de tous, extrait du recueil "Fantasmagories"

 Wiesbaden, photo de Marianne Desroziers

« Au milieu des enfants, d’autres enfants — les mêmes, mais différents. Eux ne sentaient pas la pluie sur leur peau. Ils étaient insensibles à la lumière du soleil. Ne différenciaient pas le jour de la nuit, l’été de l’hiver. N’ayant jamais froid ni chaud, ils se baladaient à moitié nus, vêtus de feuilles et de branchages. Ils voyaient tout le monde mais nul ne les voyait. Leurs sens étaient surdéveloppés. Ils percevaient les couleurs de façon plus intense : les plumes chatoyantes des perroquets vivant là leur faisaient mal aux yeux. Ils entendaient mieux les sons que le commun des mortels : ils pouvaient détecter le moindre bruit de pas dans l’immensité du parc. »

Le grand départ, extrait de "Fantasmagories"

Ma nouvelle "Le grand départ", extrait de "Fantasmagories. Contes noirs et flamboyants", recueil à paraître le 2 mars aux éditions de l'Abat-Jour est à lire en intégralité . Elle est suivie d'une explication sur sa genèse et sur l'écriture de l'ensemble du livre.   
Merci à ceux qui ont déjà passé pré-commande auprès de l'éditeur.
Les éditions de l'Abat-Jour étant référencées auprès des librairies, vous pouvez le commander n'importe où normalement.  Le plus simple et rapide reste quand même de le faire directement sur le site des éditions de l'Abat-Jour.

 Une des influences de ma nouvelle "Le grand départ" : le personnage de Zazie

"Fantasmagories. Contes noirs et flamboyants" (Editions de l'Abat-Jour)

Mon prochain livre paraîtra le 2 mars aux éditions de l'Abat-Jour. On peut déjà le pré-commander sur le site de l'éditeur ici.
Si vous souhaitez une dédicace, Il suffit de le signaler à l'éditeur.