Accéder au contenu principal

"Marlène"

"Marlène", nouvelle déjà parue dans la revue Paysages écrits (numéro 11)


Elle est seule face au miroir. Dans sa loge. Elle se démaquille. Ca lui prend de plus en plus de temps. Elle essaie de faire comme si elle ne s’en rendait pas compte. Comme si elle  n’avait pas remarqué le creusement de la ride du lion entre les sourcils. Les pattes d’oie autour des yeux. Les deux parenthèses autour de sa bouche qui s’ancrent chaque jour un peu plus profondément dans sa chair.
Quinze ans déjà qu’elle est là tous les soirs. Quinze ans déjà qu’elle cachetonne dans ce cabaret parisien. Quinze ans déjà qu’elle amuse, distrait, divertit, intrigue, excite, trouble et dérange parfois. Quinze ans qu’elle se produit sur scène. Pour des touristes japonais, américains, des provinciaux en goguette, des représentants en électroménager. Quinze ans. Et la poubelle à côté d’elle pleine de disques démaquillants usagés.

Quinze ans. Et des faux qui s’accumulent. Faux cils. Faux ongles. Faux seins. Perruques brunes, blondes, rousse. Quinze ans. Des dizaines de paires de talons aiguille. Rouge, noir, doré, argenté. Quinze ans. Et des robes moulantes en lamés  or, strass, paillettes. Quinze ans. Et des colliers de perles. Bagues et bracelets ornés de fausses pierres précieuses. Jupes à volants  Froufrous. Bustier noir en dentelle. Body rouge en satin. Quinze ans. Cuir et latex pour les soirées particulières. Porte-jarretelles, bas blancs et jupe plissée de collégienne lubrique.

Quinze ans. Presque l’âge qu’elle avait quand elle a commencé. Encore mineure. Elle s’était présentée au cabaret pour l’audition. Son imitation habitée de Dalida avait séduit tout de suite le patron et il l’avait engagée tout de suite. Double vie pendant deux ans. Au lycée, la journée et au cabaret le soir. Et les parents qui ne se doutent de rien. Ou qui font comme si. Et puis un soir de 31 décembre, en plein réveillon, autour de la table familiale du petit pavillon de banlieue où elle habitait, ses mots ont résonné longtemps, très longtemps, peut-être résonnent-ils encore. « A partir de maintenant, je veux qu’on m’appelle Marlène. Plus jamais Marc : Marlène. Marc est mort, il n’existe plus. »

Depuis ce soir-là, les seules  traces de Marc qu’il reste dans sa vie sont administratives : carte d’identité, passeport, permis de conduire, numéro de sécurité sociale. De Marc, Marlène a aussi conservé ce sexe encombrant qu’elle tente en vain de cacher sous ses robes de star… et cette pomme d’Adam qu’elle caresse parfois d’un air mélancolique et vaguement désespéré.

Posts les plus consultés de ce blog

Deux poèmes dans le numéro 8 de la revue 17 secondes

C'est avec grand plaisir que je vois deux de mes poèmes publiés dans la revue 17 secondes, revue numérique mais dont il existe aussi une version papier (à paraître bientôt). Merci à Jérôme Pergolesi de m'accueillir pour la deuxième fois dans sa belle revue qu'on peut lire ici. 
Au sommaire de ce numéro : Rodolphe Houllé, Harry Szpilmann, Esther Salmona, Jacques Pierre, Flora Botta, Marie-Paule Bargès, Colette Daviles-Estinès, Rita Renoir, Roselyne Sibille, Karim Cornail, François Teyssandier, Thierry Radière, Philippe Agostini, Márcia Marques-Rambourg, Joelle Petillot, Esther Salmona, Adeline Duong, Sandrine Waronski, Nicholas Petiot, Clara Bouhier, Adèle Nègre, Florian Tomasini, Guillaume Dreidemie, Jean-Charles Paillet, Odile Robinot, Pierre Rosin, Corinne Colet, Daniel Birnbaum, Jérôme Pergolesi, Estelle Boullier, Aline Angoustures, Sophie Nicol, Brigitte Giraud, Agnès Cognée, Olivia Del Proposto, Erick Jonquière, Olivier Cousin, Fabrice Marzuolo, Arthur Catheri…

Poèmes dans la revue Microbe

Très heureuse en ce début d'année 2017 d'être au sommaire du numéro 99 de la revue poétique Microbe qui explore pour son avant-dernier numéro le thème de la peau, d'autant que j'y suis en très bonne compagnie (Murièle Modély, Marlène Tissot, Cathy Garcia, Alissa Thor, etc.). 
Plus d'informations par là.

Quatre, poème de soutien à la famille Karasani

"Quatre" : un poème écrit en soutien à la famille Karasani, famille d'origine albanaise résidant à Saint-Aubin-du-Cormier en Bretagne depuis 2015, en très bonne voie d'intégration et malgré cela menacée d'expulsion. Chacun peut poster un poème en soutien sur la page de l'évènement Fb "100 poèmes en soutien à la famille Karasani". Toutes les infos sur la page Facebook ici.
Quatre



Quatre de plus
Quatre de moins
Qu'est-ce que ça change ?
Rien
Tout
Quatre personnes
Quatre sourires
Quatre mondes
De joies
De douleurs
De rêves
D'espoirs
Quatre sensibilités
Une famille en lutte
Pour une vie meilleure
Pour une vie digne
Travailler
Se rendre utile
Aller à l'école
Avoir des amis
Construire une vie
Ici
Juste là
Dans ce coin de Bretagne
Où l'accueil n'est pas
Un vain mot




Marianne Desroziers