Accéder au contenu principal

"L'homme et la femme" de Marlène Tissot


C'est avec un très grand plaisir que je participe aux Vases communicants pour la première fois aujourd'hui avec Marlène Tissot.
Voici donc son texte, "L'homme et la femme" et retrouvez le mien, "Du vent dans les guiboles" sur son blog ici.


L’homme et la femme



L’homme rentre. Il dit que ça sent bon. N’ose pas demander à la femme ce qu’elle a préparé pour le dîner. Plus maintenant. Plus depuis qu’elle lui a signifié qu’elle en avait assez de ce genre de question. Assez des questions en général. Qu’un jour elle pourrait bien oublier de préparer le dîner. Qu’elle n’avait pas que ça à faire. Elle parlait calmement. N’était pas en colère, pas vraiment. Juste un peu froide. L’homme n’avait pas demandé non plus ce qu’elle avait d’autre à faire, au juste.



La femme est debout face à la fenêtre, dans l’oblique d’un rayon qui s’attarde. Une tisane à la main. Mélange de plantes qu’elle fait pousser sur un coin de balcon. L’homme la surnomme "Ma petite sorcière". Bien aimée ? La femme n’y pense qu’un instant. Retourne rapidement au possessif. Ma. L’homme à l’instinct de propriété. L’homme aime avant tout le confort. La femme le sait. Ce n’est pas nouveau. Ce qui est nouveau, c’est cette sensation qu’elle a maintenant d’être objet. Appartenant à. Une étiquette cousue au col de sa vie. Un objet dont le rôle est de fonctionner parfaitement, tourner comme une horloge. Mais la femme n’en peut plus de s’entendre tictaquer, de se voir avancer dans le sens des aiguilles, sans déborder du cadran.



Pourtant, l’homme n’a pas changé. Rien n’a changé. Elle a probablement changé. Se transforme en quelqu’un d’autre. Ou bien devient elle, vraiment elle. Enfin ! Ça lui fait peur, un peu. Cette sensation de liberté après n’avoir été enfermé que par soi-même depuis tout ce temps. Tout semble immense et l’horizon trop vaste pour être en entier visité. Elle a soif de paysages et se met à rêver un peu trop fort. L’homme ouvre le buffet et sort deux assiettes. Il est un peu gauche dans sa manière de dresser le couvert. Manque d’habitude. La femme ne bouge pas.  L’homme a faim. D’habitude, ils s’installent à table à vingt heures. Il est vingt heures douze. Sa patience a des limites. 

Marlène Tissot



Précisions sur les Vases communicants : Tiers Livre (http://www.tierslivre.net/) et Scriptopolis (http://www.scriptopolis.fr/) sont à l'initiative d'un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d'un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre.

Posts les plus consultés de ce blog

L'Ampoule au Salon de la revue à Paris du 11 au 13 octobre

Nous sommes très heureux de participer cette année pour la première fois au salon de la revue qui se tiendra à Paris du 11 au 13 octobre 2019 à la Halle des Blancs Manteaux.  Venez nous rencontrer sur le stand de la revue l'Ampoule où Franck Joannic et moi présenterons l'ensemble de nos numéros au format papier.
Et le dimanche à 14h30, rejoignez-nous à l'Espace Ephémère pour une présentation de l'Ampoule Hors Série n°5 en présence d'artistes et auteurs au sommaire: Armelle Le Golvan, Laurence Chaudouët, Serge Cazenave Sarkis, Denis Varin, Charles Duttine et Jean-Baptiste Ferrero. 
De nombreuses rencontres autour des revues seront proposées durant ce week-end qui réunira plus de 200 exposants. Le programme complet est disponible ici.
Entrée gratuite

Poèmes dans le n° 91 de la revue belge Traversées

Très heureuse d'être pour la première fois au sommaire de la revue belge Traversées, revue trimestrielle littéraire (études, poésies, nouvelles, chroniques) fondée en 1993 et dirigée par Patrice Breno, avec 4 poèmes. Une très belle revue qui a la bonne idée de publier aussi des traductions, en particulier une nouvelle de l'écrivain australien Henry Lawson par Jean-Marcel Morlat.


Photos souvenirs de "Parlons Livres" au Café Culturel de l'association L'Estran le 23 mai

Le 23 mai dernier Franck Joannic et moi étions à Saint-Médard-en-Jalles pour  parler de notre catalogue et de notre travail au quotidien dans le cadre de Parlons Livres. Merci à Sylvie Lissarrague et à l'association l'Estran pour l'invitation, l'accueil et la qualité de nos échanges. Merci aussi au public présent qui s'est intéressé aux livres et à la revue des éditions de l'Abat-Jour.    L'association L'Estran organise un café culturel, des expos, des spectacles de théâtre et surtout des concerts. Ne loupez pas leur festival Jalles House Rock début juillet!