Accéder au contenu principal

"Littérature sauvage ?" de Cécile Benoist

Ce mois-ci, j'ai le plaisir de participer aux Vases Communicants avec Cécile Benoist. Pour cet échange croisé de textes, inspirée par le titre de son blog (Littérature sauvage) et parce que j'aime beaucoup ce mot, je lui ai proposé  la sauvagerie comme point de départ. Elle a accepté. Voici son texte.

Littérature sauvage ? par Cécile Benoist

Elle faisait de la littérature sauvage. Mais ça voulait dire quoi ?

De la littérature qui sort des tripes, de la littérature qui vient toute seule ? De l’écriture automatique, de l’écriture intuitive ? De la littérature irréfléchie, c’est encore de la littérature ? La littérature, ça se réfléchit ? Ça réfléchit ? Ça fait reflète quoi ? L’intérieur de l’auteure, le monde qui gravite autour d’elle, la société pour le meilleur et pour le pire, la nature et la sauvagerie, les questions existentielles, la légèreté de la vie, l’absurdité des choses, la profondeur des êtres ?

La littérature sauvage, c’est celle qui surgit ici et là, hier et maintenant ? Les mots lancés dans le monde sans intention esthétique mais qui font du beau quand on les lit, quand on les montre, quand on les transforme ? Les phrases jetées comme des cris d’amour, comme des appels de détresse, comme des rires ou de la dérision ? Les messages qu’on ne peut dire nulle par ailleurs que sur les murs virtuels et véridiques, sur les rochers, sur la ville, sur le sable ?

La littérature sauvage comme une interrogation sur la littérature ? Comme un plaisir d’écrire en liberté, sans calibrage, sans format, sans d’autres règles que les mots qui surgissent ? La littérature sauvage comme un questionnement du langage, des mots, des textes, comme un jeu fait sérieusement sans se prendre au sérieux ? L’écriture, sans autre prétention que le mot littérature, sans autre intention que l’adjectif sauvage. Une littérature libre.


Vous pouvez lire ma nouvelle sur son blog ici. 

 
Précisions sur les Vases communicants : Tiers Livre (http://www.tierslivre.net/) et Scriptopolis (http://www.scriptopolis.fr/) sont à l'initiative d'un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d'un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre.

Posts les plus consultés de ce blog

Deux poèmes dans le numéro 8 de la revue 17 secondes

C'est avec grand plaisir que je vois deux de mes poèmes publiés dans la revue 17 secondes, revue numérique mais dont il existe aussi une version papier (à paraître bientôt). Merci à Jérôme Pergolesi de m'accueillir pour la deuxième fois dans sa belle revue qu'on peut lire ici. 
Au sommaire de ce numéro : Rodolphe Houllé, Harry Szpilmann, Esther Salmona, Jacques Pierre, Flora Botta, Marie-Paule Bargès, Colette Daviles-Estinès, Rita Renoir, Roselyne Sibille, Karim Cornail, François Teyssandier, Thierry Radière, Philippe Agostini, Márcia Marques-Rambourg, Joelle Petillot, Esther Salmona, Adeline Duong, Sandrine Waronski, Nicholas Petiot, Clara Bouhier, Adèle Nègre, Florian Tomasini, Guillaume Dreidemie, Jean-Charles Paillet, Odile Robinot, Pierre Rosin, Corinne Colet, Daniel Birnbaum, Jérôme Pergolesi, Estelle Boullier, Aline Angoustures, Sophie Nicol, Brigitte Giraud, Agnès Cognée, Olivia Del Proposto, Erick Jonquière, Olivier Cousin, Fabrice Marzuolo, Arthur Catheri…

Quatre, poème de soutien à la famille Karasani

"Quatre" : un poème écrit en soutien à la famille Karasani, famille d'origine albanaise résidant à Saint-Aubin-du-Cormier en Bretagne depuis 2015, en très bonne voie d'intégration et malgré cela menacée d'expulsion. Chacun peut poster un poème en soutien sur la page de l'évènement Fb "100 poèmes en soutien à la famille Karasani". Toutes les infos sur la page Facebook ici.
Quatre



Quatre de plus
Quatre de moins
Qu'est-ce que ça change ?
Rien
Tout
Quatre personnes
Quatre sourires
Quatre mondes
De joies
De douleurs
De rêves
D'espoirs
Quatre sensibilités
Une famille en lutte
Pour une vie meilleure
Pour une vie digne
Travailler
Se rendre utile
Aller à l'école
Avoir des amis
Construire une vie
Ici
Juste là
Dans ce coin de Bretagne
Où l'accueil n'est pas
Un vain mot




Marianne Desroziers

Poèmes dans la revue Microbe

Très heureuse en ce début d'année 2017 d'être au sommaire du numéro 99 de la revue poétique Microbe qui explore pour son avant-dernier numéro le thème de la peau, d'autant que j'y suis en très bonne compagnie (Murièle Modély, Marlène Tissot, Cathy Garcia, Alissa Thor, etc.). 
Plus d'informations par là.