Accéder au contenu principal

"Littérature sauvage ?" de Cécile Benoist

Ce mois-ci, j'ai le plaisir de participer aux Vases Communicants avec Cécile Benoist. Pour cet échange croisé de textes, inspirée par le titre de son blog (Littérature sauvage) et parce que j'aime beaucoup ce mot, je lui ai proposé  la sauvagerie comme point de départ. Elle a accepté. Voici son texte.

Littérature sauvage ? par Cécile Benoist

Elle faisait de la littérature sauvage. Mais ça voulait dire quoi ?

De la littérature qui sort des tripes, de la littérature qui vient toute seule ? De l’écriture automatique, de l’écriture intuitive ? De la littérature irréfléchie, c’est encore de la littérature ? La littérature, ça se réfléchit ? Ça réfléchit ? Ça fait reflète quoi ? L’intérieur de l’auteure, le monde qui gravite autour d’elle, la société pour le meilleur et pour le pire, la nature et la sauvagerie, les questions existentielles, la légèreté de la vie, l’absurdité des choses, la profondeur des êtres ?

La littérature sauvage, c’est celle qui surgit ici et là, hier et maintenant ? Les mots lancés dans le monde sans intention esthétique mais qui font du beau quand on les lit, quand on les montre, quand on les transforme ? Les phrases jetées comme des cris d’amour, comme des appels de détresse, comme des rires ou de la dérision ? Les messages qu’on ne peut dire nulle par ailleurs que sur les murs virtuels et véridiques, sur les rochers, sur la ville, sur le sable ?

La littérature sauvage comme une interrogation sur la littérature ? Comme un plaisir d’écrire en liberté, sans calibrage, sans format, sans d’autres règles que les mots qui surgissent ? La littérature sauvage comme un questionnement du langage, des mots, des textes, comme un jeu fait sérieusement sans se prendre au sérieux ? L’écriture, sans autre prétention que le mot littérature, sans autre intention que l’adjectif sauvage. Une littérature libre.


Vous pouvez lire ma nouvelle sur son blog ici. 

 
Précisions sur les Vases communicants : Tiers Livre (http://www.tierslivre.net/) et Scriptopolis (http://www.scriptopolis.fr/) sont à l'initiative d'un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d'un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre.

Posts les plus consultés de ce blog

Salon du livre à Caudéran le 30 septembre 2018

Je serai à Caudéran centre le dimanche 30 septembre de 9h30 à 17h avec d'autres auteurs (dont Suzanne Max et Florent Lucéa) pour un mini-salon du livre. Durant cette journée festive organisée par l'AGJA, vous pourrez non seulement découvrir nos livres et nous rencontrer dans l'espace "boutique des auteurs" mais aussi participer à de nombreuses animations sportives, artistiques et ludiques en famille ou entre amis.  A signaler aussi : concerts, ateliers d'artistes et marché gourmand...
Je présenterai mes deux derniers livres parus en 2017 et 2018 "Fantasmagories. Contes noirs et flamboyants" et "Ma mère en automne. Photopoèmes." ainsi que les 3 numéros de la revue l'Ampoule ! Venez nombreux, l'entrée est gratuite !  Pour voir le détail du programme de La Caudéranie 2018 et s'inscrire pour participer au challenge ludique pour gagner des cadeaux, c'est par là.

Un poème dans la revue Dissonances n° 34

Un de mes poèmes sera au sommaire du prochain numéro de la revue Dissonances à paraître en mai 2018.  Il s'agit du n° 34 sur le thème des traces, entièrement illustré par Armelle Le Dantec. Plus d'infos sur le site de la revue.

Deux poèmes dans la revue Lichen n° 26

Heureuse d'avoir deux poèmes "Salamandre" et "La noyée" publiés dans la revue de poésie Lichen n°26 de mai 2018. 
Vous pouvez les lire et consulter le sommaire là. Vous verrez qu'on y trouve de très beaux poèmes, notamment celui de Claire Musiol. 
Le premier signe de vie à revenir sur les blocs de lave refroidie, c'est le lichen.