Accéder au contenu principal

Vases Communicants avec Murièle Modély

Dans le cadre des Vases Communicants, j'échange ce mois-ci avec Murièle Modély à partir d'une photo de Francesca Woodman que nous avons choisie ensemble : 




Voici le texte de Murièle, le mien est sur son blog ici :

tu vois ce qui se passe quand on parle trop
c'est ce qu'il dit
assis de l'autre côté de la table
enfournant dans sa bouche
un quignon
énorme
qui roule
galet rocher falaise
qui tape
lèvre langue palais
qu'il mâche
la bouche est
pleine
le trou s'ouvre
la ferme
          il dit
tu vois quand on parle trop
tu ne sais pas de quoi
ta bouche ton chas
d'aiguille
les perles qui les enfile ?
il dit tu vois
ce qui se passe
dans le miroir derrière la table
ta bouche énorme
est grande ouverte
il mâche remâche ressasse
et toi tu gardes regardes
le mot lié à la gencive
cherches à couper le flot qui file
fil       filet      salive
lois codes règles
tressés noués la bouche l'ombilic
ton regard paire de ciseaux hésite

*

tu vois ce qui se passe
quand on parle trop
les mots se perdent
te perdent
tu ne comprends plus la joue
sur laquelle ta phrase rebondit
tu ne comprends plus la bouche
qui écarte des jambes donne vie
 
tu vois en bas dedans dessous
tout le fatras
la chair la glaire la glu
tu vois l'accumulation des lettres
cul par dessus tête
tu vois ce qui se passe quand tu ne comprends plus
cette giclée violente dont tu ignores le sens
est-ce que ça rentre
est-ce que ça sort
avales ou craches-tu ?

*

tu vois ce qui se passe quand on parle
trop
trop vite
trop fort
trop longtemps
trop d'effort
trop con
confit contrit larmes sang babil
ça coule
trop
simple
trop
complexe
tu vois ce qui se passe
tu ouvres la fermes
la bouche
formule écoute n'écoute rien
parle parle glose
jusqu'à planter la langue tout au fond de la gorge
jusqu'à piler la phrase au bout de l'intestin
jusqu'à ce mot de trop jusqu'à ce premier mot
râpé usé craché vomi
pulvérisé avant de naître


Rappel sur les Vases Communicants : Tiers Livre (http://www.tierslivre.net/) et Scriptopolis (http://www.scriptopolis.fr/) sont à l'initiative d'un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d'un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre.

Si vous êtes tentés par l'aventure, faîtes le savoir en rejoignant le groupe Vases Communicants sur Facebook.

Posts les plus consultés de ce blog

"Y a-t-il des crocodiles dans les mers du Sud ?", nouvelle lue par Lise Paco

Lise Paco me fait l'amitié de lire ma nouvelle parue dans le numéro 4 de la revue l'Ampoule : "Y a-t-il des crocodiles dans les mers du Sud?" sur son site Litt'orale. Je l'en remercie.
Cette nouvelle est inspirée à la fois de la photographie "Crocodile et nu" de Charlie Ambrose et de l'exposition "Jack London dans les mers du Sud" proposée au Musée d'Aquitaine cet hiver à Bordeaux. C'est aussi un hommage à Charmian London, lumineuse épouse du célèbre écrivain qui aurait mérité d'avoir son prénom dans l'intitulé de cette remarquable exposition.

Note de lecture sur "Ma mère en automne" sur Terre à Ciel

Merci à Valérie Canat de Chizy pour sa note de lecture sur Terre à Ciel concernant mon recueil "Ma mère en automne. Photopoèmes" paru en 2017 chez Gros Textes/Alpes Vagabondes.  Vous pouvez la retrouver ici dans la rubrique "Lus et approuvés" au côté de celles concernant les livres de Vincent Motard-Avargues et Sophie Marie van der Pas. Terre à Ciel étant un des rares sites à s'intéresser et à promouvoir la poésie d'aujourd'hui, je suis très heureuse d'avoir l'honneur de cette critique et je vous invite à explorer le site très riche en matière de poésie actuelle et qui oeuvre pour la défense des petits éditeurs indépendants.
Je me permets de la relayer ici dans son intégralité:  Marianne Desroziers nous offre un recueil dans lequel photos de famille et poèmes en hommage à sa mère trop tôt disparue s’entremêlent. Elle reconstitue les différentes étapes d’une vie. Sa mère Hedwige, qui était garçon manqué dans les années 50 n’avait pas pour destin de…

Un rêve, anthologie poétique des éditions de l'Aigrette / Maison de la Poésie de la Drôme

Ravie d'être à nouveau au sommaire, en ce début d'année 2019, d'une l'anthologie publiée par les éditions de l'Aigrette et de la Maison de la Poésie de la Drôme avec un beau thème - un rêve -, de magnifiques oeuvres de Tatiana Samoïlova et de nombreux contributeurs de talent. Merci à toute l'équipe de me publier à nouveau.