Accéder au contenu principal

Vases Communicants avec Stéphane Murat

Ce mois-ci, j'ai le plaisir de vase-communiquer avec Stéphane Murat. Nous sommes partis de l'idée de disparition, de déambulation et de lieu pour écrire chacun un texte. Le sien est illustré d'une photo prise par lui puisqu'il est "photographe marcheur". Mon texte "Orage au-dessus d'un jardin" est publié sur son blog "Notes photographiques"  ici.

Une disparition

C’est un homme qui faisait partie du quartier. Depuis tout petit je le voyais. Il était toujours seul. Il portait un manteau noir. Ses cheveux étaient noirs aussi. Nous, les enfants en avions peur. Nous l'appelions le corbeau. Il habitait seul dans une immense maison magnifiquement décorée de frises, de statues et de bas relief en stuc et en plâtre.

En grandissant, j'appris qu'il était le dernier d'une lignée de statuaires : la famille Giscard. La maison où il vivait avait connu son heure de gloire au début du XX ème siècle. Elle abritait alors un atelier qui avait un rayonnement international. Cette maison était représentée dans les expositions universelles. De cette grandeur, il ne restait plus que cet homme solitaire et sa demeure. Une partie de l'immeuble était devenue un squat, le plus beau de la région.

Et puis un jour, il a disparu du quartier. Il est mort seul dans sa riche bâtisse, de vieillesse, sans héritier. Il a légué la maison, les moules et les statues à la ville. Des camions sont venus, ont déménagé les œuvres. Le squat a été rénové puis loué. Les ateliers sont vides. La maison de maître l'est tout autant. Les moules et les statues prennent la poussière dans une réserve. Les herbes folles prennent possession de la cour pavée. Cet homme qui faisait partie de mon quotidien était un inconnu. Je ne lui jamais adressé la parole !

Dans le quartier, je suis ami avec un jeune brésilien rasta, Francisco, qui vend des bijoux artisanaux sur les marchés. Je ne me rappelle plus comment mais nous sommes venu à discuter de Mr Giscard. Francisco le connaissait bien. Ils étaient amis. Le vieux monsieur le soutenait dans sa démarche artistique et artisanale. Ils s'étaient vus la veille de son décès. C'est mon ami qui inquiet de ne plus le voir avait prévenu les secours. Je suis heureux que ce vieil homme ait eu au moins un ami. Sa solitude me rendait triste.

Aujourd'hui une association essaie de redonner vie à la Maison Giscard : en faire un musée, un centre culturel… Réaliser le vœu du vieux monsieur lui permettrait de rester en vie dans les mémoires. La maison fait partie d'un circuit touristique car c'est l'une des plus belle de Toulouse. Je souhaite vivement que cette demeure revive et soit à nouveau un lieu de création artistique et culturel. Il y a la place mais un manque de volonté municipal. Et un manque de moyens mis en œuvre. Alors la bâtisse s'enfonce dans l'oubli comme les anciens propriétaires des lieux. 

De la vie de cette famille ne restent que quelques traces inscrites sur la façade : objet de curiosité, étude d'érudit, présence du passé, décrépitude d'un faste ancien.


Rappel sur le principe des Vases Co : Tiers Livre (http://www.tierslivre.net/) et Scriptopolis (http://www.scriptopolis.fr/) sont à l'initiative d'un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d'un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre.

Posts les plus consultés de ce blog

Outremondes/Présentation de la revue l'Ampoule à la Librairie les Extraits le 26/06/2021

Ce samedi 26 juin 2021, nous étions à la librairie les Extraits de Rueil Malmaison pour présenter la revue l'Ampoule dans le cadre de l'exposition de Christiania et Jo99 (ce sont les oeuvres de ce dernier que vous pouvez voir sur les murs) ... que vous pouvez admirer tout l'été jusqu'en septembre. Un grand merci à la librairie les Extraits et en particulier à Kévin mais aussi à Aurélien pour l'organisation de cette après-midi littéraire et artistique autour du numéro 7 (juin 2020) de l'Ampoule dont la couverture a été réalisée par Christiania et du numéro 9 (juin 2021) avec une oeuvre d'Adrien Ramos en couverture. Christiania et les éditions de l'Abat-Jour, c'est déjà une longue histoire : 6 participations à la revue l'Ampoule dont une en couverture et la couverture d'un livre à venir très bientôt... et une rencontre émouvante au Salon de la Revue en 2019. Alors, quand Aurélien et Christiania nous ont proposé de venir présenter la revue (et n

Photos de la soirée de lancement de la revue l'Ampoule n°6

 De gauche à droite: Pierre Lansac, Adrien Ramos, Roland Goeller, Franck Joannic, moi-même et Florent Lucéa... une (toute) petite partie de l'équipe qui a contribué à ce nouveau numéro de la revue     La soirée de lancement du numéro 6 de l'Ampoule s'est déroulée le jeudi 12 décembre à la Causerie des Chartrons (que nous remercions à nouveau pour son accueil) à Bordeaux.  Merci aux artistes et écrivains venus parler de leur travail ainsi qu'au public nombreux et intéressé ayant répondu présent. Une pensée pour Nathalie Sougnoux qui n'a pu être des nôtres et tous les contributeurs qui habitent trop loin de Bordeaux pour venir à nos soirées. Vous aussi vous faites partie de la grande famille de l'Ampoule... Un grand merci à David (notre photographe officiel) pour les photos! Les versions successives de la couverture réalisée par Florent Lucéa    Florent Lucéa  Roland Goeller  Pierre Lansac Adrien Ramos nous a fait l

Critique de "Fantasmagories" par Nicolas Liau

  Photographie de Nicolas Liau Un émouvant ensemble de nouvelles, composé avec grâce et subtilité, tout au long duquel l’auteure poétise les blessures et mélancolies secrètes de l’enfance. Le thème du voyage - mental ou physique - y est décliné sous de multiples nuances et présenté comme l’unique remède possible aux souffrances de la vie et du tangible. Mais si elle s’offre, infinie, comme une promesse de guérison, la fuite vers l’imaginaire et les souvenirs solaires d’une joie perdue avorte parfois, plus tragiquement, en laissant désirs et rêveries voler en éclats contre les murs trop élevés du monde adulte. Car le style éthéré de l’écriture, doux comme une paume d’enfant, ne cherche jamais à gommer la brutalité crue des espérances trahies. Ce contraste est l’un des grands attraits de ce très beau recueil, hommage poignant à toutes les jeunesses abîmées. Nicolas Liau est écrivain et professeur de Français. Il a publié aux éditions de l'Abat-Jour (revue l' Ampoule)