Accéder au contenu principal

Photos de la soirée autour du numéro 2 de l'Ampoule à Olympique

Quelques photos de la soirée du 15 décembre 2017 à la librairie Olympique à Bordeaux pour le lancement du deuxième numéro papier de la revue l'Ampoule.
Grand merci au libraire Jean-Paul Brussac, à tous les auteurs et illustrateurs et au public présent.
Toutes les photos sont de Xavier de Bordeaux (merci à lui). 



 Jean-Paul Brussac installant les dessins de Maxime Derouen


Xavier de Bordeaux

 
Roland Goeller


Anne Escaffit


Maxime Derouen, puis Charlie Ambrose
 
 
 Jean-Paul Brussac

Posts les plus consultés de ce blog

Salon du livre à Caudéran le 30 septembre 2018

Je serai à Caudéran centre le dimanche 30 septembre de 9h30 à 17h avec d'autres auteurs (dont Suzanne Max et Florent Lucéa) pour un mini-salon du livre. Durant cette journée festive organisée par l'AGJA, vous pourrez non seulement découvrir nos livres et nous rencontrer dans l'espace "boutique des auteurs" mais aussi participer à de nombreuses animations sportives, artistiques et ludiques en famille ou entre amis.  A signaler aussi : concerts, ateliers d'artistes et marché gourmand...
Je présenterai mes deux derniers livres parus en 2017 et 2018 "Fantasmagories. Contes noirs et flamboyants" et "Ma mère en automne. Photopoèmes." ainsi que les 3 numéros de la revue l'Ampoule ! Venez nombreux, l'entrée est gratuite !  Pour voir le détail du programme de La Caudéranie 2018 et s'inscrire pour participer au challenge ludique pour gagner des cadeaux, c'est par là.

Un poème dans la revue Dissonances n° 34

Un de mes poèmes sera au sommaire du prochain numéro de la revue Dissonances à paraître en mai 2018.  Il s'agit du n° 34 sur le thème des traces, entièrement illustré par Armelle Le Dantec. Plus d'infos sur le site de la revue.

Deux poèmes dans la revue Lichen n° 26

Heureuse d'avoir deux poèmes "Salamandre" et "La noyée" publiés dans la revue de poésie Lichen n°26 de mai 2018. 
Vous pouvez les lire et consulter le sommaire là. Vous verrez qu'on y trouve de très beaux poèmes, notamment celui de Claire Musiol. 
Le premier signe de vie à revenir sur les blocs de lave refroidie, c'est le lichen.