Accéder au contenu principal

Boîte à musique (nouvelle inédite)


Boîte à musique
 
C’était une boîte à musique de rien du tout, un objet ridiculement petit et sans intérêt particulier. Une babiole. Un bibelot.  Un jouet de petite fille. De gamine pauvre.

Et pourtant.

Et pourtant, le monde basculait quand elle l’ouvrait. Quand la belle danseuse déployait dans l’air oppressant de la maison son petit corps gracile et tournoyant. Quand elle tournait la clé et que la mécanique se mettait en route, une drôle de petite musique égrenait ses notes. C’était le signal, le signal de la liberté de rêver. Elle aurait reconnu cette musique entre mille. C’était sa boîte à musique, son seul trésor. Elle le cachait dans le tiroir fermé à clé de sa commode. Et le serrait souvent contre son cœur asthmatique de petite fille plus si petite.

Et puis vint un jour de grand vent. Un jour de dispute. Un jour de cris fusant entre ses parents. Elle prit sa boîte à musique et sauta dans son lit. La couverture remontée au-dessus de la tête, le visage enfoui dans l’oreiller, elle ouvrit sa boîte… et il se produisit quelque chose d’extraordinaire.  

Elle vit la ballerine de plus près qu’elle ne l’avait jamais vue, le rouge de ses lèvres, le bleu de ses yeux, la blancheur de sa peau, la finesse de ses jambes. Elle entendit la musique avec beaucoup plus d’acuité, elle avait de la musique plein les oreilles. Comment ces quelques notes malingres, chétives, pouvaient-elles faire autant de bruit ? Elle se demanda ce qui se passait, ce qui lui était arrivée… Elle se sentait toute bizarre, pas comme d’habitude. Pas du tout comme d’habitude.
  
La petite fille était entrée dans la boîte à musique. L’air y était doux, chaud, légèrement parfumé ─ odeurs de pain d’épices, d’orange et de cannelle ─ et chargé de promesses. Le sol était moelleux, réconfortant, ses pieds reprenaient vie à son contact ; il était fait de feutre rouge vif et elle aurait pu dormir dessus.

Clic-naq-tzwing- Clic-naq-tzwing-  Clic-naq-tzwing-  Clic-naq-tzwing-  Clic-naq-tzwing-

Elle n’y comprenait rien, elle, à la mécanique de sa boîte à musique. Mais faut-il toujours comprendre le pourquoi et le comment des belles choses offertes par la vie ? Non. Alors elle s’endormit, étendue de tout son long sur le feutre rouge vif de sa boîte à musique sous les yeux de la ballerine tournoyante.  

 

Posts les plus consultés de ce blog

Salon du livre à Caudéran le 30 septembre 2018

Je serai à Caudéran centre le dimanche 30 septembre de 9h30 à 17h avec d'autres auteurs (dont Suzanne Max et Florent Lucéa) pour un mini-salon du livre. Durant cette journée festive organisée par l'AGJA, vous pourrez non seulement découvrir nos livres et nous rencontrer dans l'espace "boutique des auteurs" mais aussi participer à de nombreuses animations sportives, artistiques et ludiques en famille ou entre amis.  A signaler aussi : concerts, ateliers d'artistes et marché gourmand...
Je présenterai mes deux derniers livres parus en 2017 et 2018 "Fantasmagories. Contes noirs et flamboyants" et "Ma mère en automne. Photopoèmes." ainsi que les 3 numéros de la revue l'Ampoule ! Venez nombreux, l'entrée est gratuite !  Pour voir le détail du programme de La Caudéranie 2018 et s'inscrire pour participer au challenge ludique pour gagner des cadeaux, c'est par là.

Un poème dans la revue Dissonances n° 34

Un de mes poèmes sera au sommaire du prochain numéro de la revue Dissonances à paraître en mai 2018.  Il s'agit du n° 34 sur le thème des traces, entièrement illustré par Armelle Le Dantec. Plus d'infos sur le site de la revue.