Accéder au contenu principal

Critique de "Lisières" par Ingannmic sur son blog Book'ing

Une nouvelle critique de "Lisières" par Ingannmic (bouquineuse compulsive) sur son blog Book'ing. 

"La brièveté des six textes qui composent ce recueil fait qu'il se lit rapidement...
Mais le ton qui s'en dégage, et les étranges atmosphères dans lesquelles ils nous immergent, suscitent chez le lecteur des émotions dont il ressent l'écho longtemps après l'avoir terminé.

Marianne Desroziers sème au gré de ses nouvelles des madeleines proustiennes qui réveillent chez ses personnages la mélancolie liée aux souvenirs, et les font déambuler -et nous avec- le long d'une frontière devenue poreuse, séparant le réel de l'inconcevable, le passé du présent, les vivants des morts.
Un simple objet suffit. L'inspiration de l'auteure fait le reste, lui permettant de nourrir les rêveries de ses protagonistes, ou d'imaginer des aventures insolites, des existences multiples...

Certains de ses héros dégagent une espèce de douce morosité, et expriment comme un étonnement douloureux face au constat de ce qu'ils ont perdu, de l'inéluctabilité de la fuite du temps, que rend peut-être plus évidente encore ces fantômes qui s'invitent parmi les vivants, ou ces réminiscences qui s'imposent dans le présent.
On les imagine souvent silencieux, parfois même plongés dans la torpeur, tout absorbés qu'ils sont par leurs monologues intérieurs, et par les pensées que leur inspirent le spectacle de la mer du Nord, d'une vieille photographie retrouvée au fond d'un tiroir, ou encore le motif d'une couverture aperçue dans la vitrine d'une mercerie londonienne.

Marianne Desroziers nous tend un miroir pénétrable qu'elle joue à nous faire traverser d'un côté puis de l'autre. En explorant les possibilités de la fiction, en travaillant les hypothèses pour les rendre vivantes, elle dote ses petits textes d'un charme qu'accentue la touche surnaturelle dont elle les enrichit. L'humour s'associe parfois au surnaturel, comme c'est le cas dans "Le vice enfin puni", où nous découvrons comment la narratrice paye sa passion pour la lecture...
Ses histoires sont comme des portes ouvertes qui nous invitent, plutôt qu'à se torturer l'esprit pour tenter de comprendre ce qu'elle a voulu signifier, à laisser libre cours à nos propres ressources imaginatives..."

Posts les plus consultés de ce blog

Salon du livre à Caudéran le 30 septembre 2018

Je serai à Caudéran centre le dimanche 30 septembre de 9h30 à 17h avec d'autres auteurs (dont Suzanne Max et Florent Lucéa) pour un mini-salon du livre. Durant cette journée festive organisée par l'AGJA, vous pourrez non seulement découvrir nos livres et nous rencontrer dans l'espace "boutique des auteurs" mais aussi participer à de nombreuses animations sportives, artistiques et ludiques en famille ou entre amis.  A signaler aussi : concerts, ateliers d'artistes et marché gourmand...
Je présenterai mes deux derniers livres parus en 2017 et 2018 "Fantasmagories. Contes noirs et flamboyants" et "Ma mère en automne. Photopoèmes." ainsi que les 3 numéros de la revue l'Ampoule ! Venez nombreux, l'entrée est gratuite !  Pour voir le détail du programme de La Caudéranie 2018 et s'inscrire pour participer au challenge ludique pour gagner des cadeaux, c'est par là.

Photos de Caudéranie 2018

Dimanche 30 septembre, je participais à la journée Caudéranie 2018 organisée par l'AGJA. L'occasion de présenter les 3 numéros de la revue l'Ampoule et mon livre "Fantasmagories. Contes noirs et flamboyants" publiés aux éditions de l'Abat-Jour ainsi que "Ma mère en automne" publié par Gros Textes/Alpes Vagabondes sur le stand de la boutique des auteurs.  Avec les sympathiques auteurs de notre collectif :  Anne-Caroline d'Arnaudy, Suzanne Max, Marie-Laure Bousquet, Modvareil, Bruno Graveline, Martine Thorre-Gachet, Lisa M.Esqurial, Florent Lucéa. Manquent sur la photo : Josiane Rodes et Patricia Sibella.




 Avec les grands gagnants du challenge ludique culturel et sportif organisé par l'AGJA. 
 Démonstration de capoeira sur la place de l'église.
 Un peu de rock énergique sur la  place !
 Et le swing doux d'un air de jazz... non loin de notre stand !
Lors de cette belle journée ensoleillée, il y avait aussi de la danse, des ateliers de théâtr…

L'avis de Laurence Chaudouët sur "Fantasmagories"

Petit retour de lecture de Laurence Chaudouët (écrivain que j'apprécie beaucoup et que nous avons publié dans la revue l'Ampoule) qui m'a fait l'amitié de lire "Fantasmagories. Contes noirs et flamboyants" :
A découvrir : "Fantasmagories" de Marianne Desroziers,  aux éditions de l'Abat-jour.  Des contes sauvages et doux où l'enfance est dépeinte par le plus secret, par l'inviolable. Il y a là quelque chose des contes du Nord, peut-être Karen Blixen, et aussi Andersen, dans cette sauvagerie tendre et presque cruelle. Sans oublier l'influence des grands maîtres du fantastique.
J'ai particulièrement aimé "Quelque chose dessous", et "Les papillons de Marie".
Le plus attachant dans ces contes, pour moi, c'est cette intime compréhension de l'enfance, qui s'affranchit complètement de tout sentier battu. C'est je crois la force de l'oeuvre.
A lire donc, et avec grand plaisir. 
Je vous incite à faire …