Accéder au contenu principal

Vases Communicants avec Eve de Laudec

Dans le cadre des Vases Communicants, j'échange ce mois-ci avec Eve de Laudec. Nous sommes parties toutes les deux sur les mots fin/faim. Son texte "En fin" est à lire ici et le mien, "L'affamée et la sans faim", est à lire sur son blog là. 

 En fin

Je reviens de l’enterrement. Il faut bien revenir d’ailleurs ou de quelque chose. Enfin, elle, n’en est pas revenue.

J’y ai laissé quelques scories de lettres informelles, jetées au vent d’hiver, avec mes non-regrets éternels. En déposant mon bouquet d’artifices, pour un ultime baiser, je crois que…Oh, j’en suis même sure, j’ai ri ! Pas un petit rire discret, sous cape, non, un fou-rire à tordre les étincelles de l’en-faire-part. Je tentais juste de me couler dans l’ambiance, mais les braves gens n’aiment pas que …l’on ne soit pas conventionnel. En fin, ils n’aiment pas que.

Sa mise en bière s’est déroulée dans un recueillement aussi lourd que le poids des jours. Il était grand temps que le couvercle se referme, hermétiquement, pour tarir l’écoulement de ses mauvaises humeurs. Elle eut aimé une mise en champagne, mais elle n’avait pas signé de convention obsèques. Aussi avons-nous opté pour la formule économique peau-au-feu-pression.

Elle avait sa tête chafouine des vilains jours quand on lui a cloué le bec en même temps que le cercueil. Cet évènement valait-il quelques couronnes  mortuaires? Pour cette reine éphémère, elles n’étaient que de papier doré. Entourée de ses fous à grelots, elle s’est éteinte, chandelle mouchée couchée, trois deux un zéro elle n’était plus !

Comme on brûle le roi carnaval à la fin des festivités, on l’a enfournée sous les accords d’une gigantesque musique de nuit, et dans les flammes qui crépitaient on a vu saint-guyguyter des sombres, des chagrins embrochés, des ratages cul-de-jatte, des désirs étêtés, des joies avalés, d’infâmes tours de vis, des ceps indignes, des abandons ligaturés puis des guerres familières fratricides fermentées, fin, fin, faim de trêve, anorexie de justice, gueules béantes…

Du brasier où s’échappaient encore quelques souhaits d’un autre temps, des myriades de clin d’œil scintillant et des espoirs ténus mais ancrés en matrice, surgit un petit bonheur;
un tout petit bonheur, en colimaçon. Il enfla, s’étira, grandit, s’ébroua dans les cendres encore chaudes, explosa en soleil  bleu.
Il cria Je nais! Je reprends le sablier!
Je reviens de l’enterrement de LaFinDe. Enfin l’an neuf !

Eve de Laudec, entre fin 2013 et enfin 2014


Petit rappel du principe des Vases Communicants :

« François Bon (Tiers Livre) et Jérôme Denis (Scriptopolis) sont à l’initiative d’un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre.
Si vous êtes tentés par l’aventure, faites-le savoir sur le mur du groupe Facebook des vases communicants
La liste des participants se trouve sur un blog dédié à ce seul usage http://rendezvousdesvases.blogspot.fr/



Posts les plus consultés de ce blog

Deux poèmes dans le numéro 8 de la revue 17 secondes

C'est avec grand plaisir que je vois deux de mes poèmes publiés dans la revue 17 secondes, revue numérique mais dont il existe aussi une version papier (à paraître bientôt). Merci à Jérôme Pergolesi de m'accueillir pour la deuxième fois dans sa belle revue qu'on peut lire ici. 
Au sommaire de ce numéro : Rodolphe Houllé, Harry Szpilmann, Esther Salmona, Jacques Pierre, Flora Botta, Marie-Paule Bargès, Colette Daviles-Estinès, Rita Renoir, Roselyne Sibille, Karim Cornail, François Teyssandier, Thierry Radière, Philippe Agostini, Márcia Marques-Rambourg, Joelle Petillot, Esther Salmona, Adeline Duong, Sandrine Waronski, Nicholas Petiot, Clara Bouhier, Adèle Nègre, Florian Tomasini, Guillaume Dreidemie, Jean-Charles Paillet, Odile Robinot, Pierre Rosin, Corinne Colet, Daniel Birnbaum, Jérôme Pergolesi, Estelle Boullier, Aline Angoustures, Sophie Nicol, Brigitte Giraud, Agnès Cognée, Olivia Del Proposto, Erick Jonquière, Olivier Cousin, Fabrice Marzuolo, Arthur Catheri…

Quatre, poème de soutien à la famille Karasani

"Quatre" : un poème écrit en soutien à la famille Karasani, famille d'origine albanaise résidant à Saint-Aubin-du-Cormier en Bretagne depuis 2015, en très bonne voie d'intégration et malgré cela menacée d'expulsion. Chacun peut poster un poème en soutien sur la page de l'évènement Fb "100 poèmes en soutien à la famille Karasani". Toutes les infos sur la page Facebook ici.
Quatre



Quatre de plus
Quatre de moins
Qu'est-ce que ça change ?
Rien
Tout
Quatre personnes
Quatre sourires
Quatre mondes
De joies
De douleurs
De rêves
D'espoirs
Quatre sensibilités
Une famille en lutte
Pour une vie meilleure
Pour une vie digne
Travailler
Se rendre utile
Aller à l'école
Avoir des amis
Construire une vie
Ici
Juste là
Dans ce coin de Bretagne
Où l'accueil n'est pas
Un vain mot




Marianne Desroziers

Poèmes dans la revue Microbe

Très heureuse en ce début d'année 2017 d'être au sommaire du numéro 99 de la revue poétique Microbe qui explore pour son avant-dernier numéro le thème de la peau, d'autant que j'y suis en très bonne compagnie (Murièle Modély, Marlène Tissot, Cathy Garcia, Alissa Thor, etc.). 
Plus d'informations par là.