Accéder au contenu principal

Vases Communicants avec Eve de Laudec

Dans le cadre des Vases Communicants, j'échange ce mois-ci avec Eve de Laudec. Nous sommes parties toutes les deux sur les mots fin/faim. Son texte "En fin" est à lire ici et le mien, "L'affamée et la sans faim", est à lire sur son blog là. 

 En fin

Je reviens de l’enterrement. Il faut bien revenir d’ailleurs ou de quelque chose. Enfin, elle, n’en est pas revenue.

J’y ai laissé quelques scories de lettres informelles, jetées au vent d’hiver, avec mes non-regrets éternels. En déposant mon bouquet d’artifices, pour un ultime baiser, je crois que…Oh, j’en suis même sure, j’ai ri ! Pas un petit rire discret, sous cape, non, un fou-rire à tordre les étincelles de l’en-faire-part. Je tentais juste de me couler dans l’ambiance, mais les braves gens n’aiment pas que …l’on ne soit pas conventionnel. En fin, ils n’aiment pas que.

Sa mise en bière s’est déroulée dans un recueillement aussi lourd que le poids des jours. Il était grand temps que le couvercle se referme, hermétiquement, pour tarir l’écoulement de ses mauvaises humeurs. Elle eut aimé une mise en champagne, mais elle n’avait pas signé de convention obsèques. Aussi avons-nous opté pour la formule économique peau-au-feu-pression.

Elle avait sa tête chafouine des vilains jours quand on lui a cloué le bec en même temps que le cercueil. Cet évènement valait-il quelques couronnes  mortuaires? Pour cette reine éphémère, elles n’étaient que de papier doré. Entourée de ses fous à grelots, elle s’est éteinte, chandelle mouchée couchée, trois deux un zéro elle n’était plus !

Comme on brûle le roi carnaval à la fin des festivités, on l’a enfournée sous les accords d’une gigantesque musique de nuit, et dans les flammes qui crépitaient on a vu saint-guyguyter des sombres, des chagrins embrochés, des ratages cul-de-jatte, des désirs étêtés, des joies avalés, d’infâmes tours de vis, des ceps indignes, des abandons ligaturés puis des guerres familières fratricides fermentées, fin, fin, faim de trêve, anorexie de justice, gueules béantes…

Du brasier où s’échappaient encore quelques souhaits d’un autre temps, des myriades de clin d’œil scintillant et des espoirs ténus mais ancrés en matrice, surgit un petit bonheur;
un tout petit bonheur, en colimaçon. Il enfla, s’étira, grandit, s’ébroua dans les cendres encore chaudes, explosa en soleil  bleu.
Il cria Je nais! Je reprends le sablier!
Je reviens de l’enterrement de LaFinDe. Enfin l’an neuf !

Eve de Laudec, entre fin 2013 et enfin 2014


Petit rappel du principe des Vases Communicants :

« François Bon (Tiers Livre) et Jérôme Denis (Scriptopolis) sont à l’initiative d’un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre.
Si vous êtes tentés par l’aventure, faites-le savoir sur le mur du groupe Facebook des vases communicants
La liste des participants se trouve sur un blog dédié à ce seul usage http://rendezvousdesvases.blogspot.fr/



Posts les plus consultés de ce blog

Soirée de lancement de la revue La Piscine le 27/10/2017

Lecture de mon texte "Il faut être sauvage", publié dans le numéro 2 de la revue la Piscine sur le thème "Incidences/coïncidences". 
Photo : Claire Musiol

C'était le vendredi 27 octobre 2017 à la librairie Sauramps Odysseum à Montpellier, nous fêtions le lancement du numéro 2 de la revue La Piscine en présence de 3 des 4 maîtres-nageurs (Louise Imagine, Philippe Castelneau, Christophe Sanchez... manquait Alain Mouton) à l'origine de cette très belle revue (une des plus belles où j'ai publié), de 6 auteurs (Raymond Alcovère, Daniel Frayssinet, Claire Musiol, Nat Yot, Françoise Renaud et moi-même) et de l'artiste Olivier Chevalier. Une bien belle soirée de lectures et d'échanges autour de la littérature, de l'art et de la vie... qui me donne envie de revenir bien vite à Montpellier (et d'y rester un peu plus longtemps)!!! Merci à tous pour votre accueil chaleureux, en particulier à Nathalie et ses deux chats.
Pour en savoir plus sur le sommair…

Un poème dans la revue Dissonances n° 34

Un de mes poèmes sera au sommaire du prochain numéro de la revue Dissonances à paraître en mai 2018.  Il s'agit du n° 34 sur le thème des traces, entièrement illustré par Armelle Le Dantec. Plus d'infos sur le site de la revue.