Accéder au contenu principal

Vases communicants avec Bruno Legeai

Ce mois-ci, dans le cadre des Vases Communicants, j'échange avec Bruno Legeai. Je vous encourage vivement à visiter son très beau blog où il partage ses photos et ses textes.
 
Nous sommes partis d'un mot que j'ai proposé : disparition. 
A partir de ce mot, Bruno Legeai m'a proposé une photo dont il est l'auteur. 
Puis, nous avons chacun de notre côté écrit un texte inspiré de cette photo. 
 
 
Mon texte, "Le disparu", est à lire sur le blog de Bruno Legeai par ici.
 
Et voici son texte :

Poèmes quand tu n’es pas là

Si tu n’as pas oublié la forme rugueuse des mains qui t’enveloppaient au risque de la chasteté
Ni ce poids sans cesse déjà mort du corps qui s’abandonne sur ton corps à peine éclos

Si tu n’as pas oublié le silence noirci des mots trop silencieux pour la parole bruyants tellement bruyants pour être muets
Ni les désirs importuns de minuit sous les draps du fantôme que l’on imite

Il brille au fond de tes larmes un peu des miennes que j’ai depuis brûlées avec ce poème

o

Où sont les papillons de lumière

Dans leurs ailes au soleil sont nos amours qui jouent au petit bonheur avec le bruit
Sec des fusils

A l’ombre deviennent des quartiers de pomme qui ont saigné la flèche ruisselle

Où sont nos papillons

La nuit prochaine

L’étoile qui porte ce nom chéri parce que c’est toi
Si l’étoile n’ose pas brûler

Je ne pourrai lancer car la nuit serait fermée
Je ne pourrai libérer les papillons d’amour

M’en tenir à leurs traits leurs coeurs ni les chemins
Qui mènent toujours
Dans mes rêves laborieux à l’objet des promesses d’avant

o

La nuit oubliée repose sur mon ventre endormi et creuse un puits de souvenirs
La nuit aux yeux clos hier ronronnait comme un vieux chat tandis que je rêvais
Elle fait silence et me surveille
Elle a bougé sur mon ventre vide comme une vie que tu devinerais un jour
Et s’empare d’absence jusqu’au bord de ton lit

Tu y reposais quand je t’ai contemplée sans oser exister vraiment

Sur la seule marche de l’envie était dessinée la trace de ta chevelure à peine séchée à peine tiède
Je savais malheureusement au froid de nos lèvres que tu n’y étais pas aucun ne t’avais vue cette nuit pas même la nuit appuyée à la fenêtre
Sans pouvoir me rejoindre

o

J’avais tant l’ouïe attentive je pris du vent venu le chant de l’océan
Et dans l’autan les cris d’enfants ils n’avaient pas classe et jouaient à rire dans la poussière
Je reconnus même les mots de ma Loire
Tu étais si proche et silence ma voix te murmurait
Ma propre voix après un long silence étrangère venue dire
Je t’aime je t’aime

o

( la nuit sera bleue une femme
comme le vent lève ses cheveux de lumière
sans-cesse reviennent les valses triste d’une autre vie
les coulées d’alcool grondent dans nos tuyaux de sang
oh ! la nuit bleue d’une femme
sans-cesse j’y reviens
avec les premières larmes sur sa première blessure
l’homme était-ce moi oh ! non
femme bleue de la nuit
j’étais ce boucher quand nous bougions
sans savoir lequel des cris serait définitif
sans savoir lequel des cris recommencera
dans la gorge bleue de la femme de la nuit )

o

Il te faut Non cet homme qui à tes côtés sera comme l’oiseau dans la cage se décolore
Il te faut non cet homme qui dans la vie passe comme un chien hagard sur les boulevards
Il te faut non cet homme qui s’âgera comme le fou et s’éloigne et se prend à chanter
Il te faut non cet homme car il sera seul comme toi quand vous tiendrez vos mains


Rappel sur le principe des Vases Communicants :
Tiers Livre (http://www.tierslivre.net/) et Scriptopolis (http://www.scriptopolis.fr/) sont à l'initiative d'un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d'un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre.
Il existe un groupe Facebook destiné à organiser ces échanges : n'hésitez pas à vous inscrire si vous avez un blog et souhaitez participer. 

Posts les plus consultés de ce blog

Deux poèmes dans le numéro 8 de la revue 17 secondes

C'est avec grand plaisir que je vois deux de mes poèmes publiés dans la revue 17 secondes, revue numérique mais dont il existe aussi une version papier (à paraître bientôt). Merci à Jérôme Pergolesi de m'accueillir pour la deuxième fois dans sa belle revue qu'on peut lire ici. 
Au sommaire de ce numéro : Rodolphe Houllé, Harry Szpilmann, Esther Salmona, Jacques Pierre, Flora Botta, Marie-Paule Bargès, Colette Daviles-Estinès, Rita Renoir, Roselyne Sibille, Karim Cornail, François Teyssandier, Thierry Radière, Philippe Agostini, Márcia Marques-Rambourg, Joelle Petillot, Esther Salmona, Adeline Duong, Sandrine Waronski, Nicholas Petiot, Clara Bouhier, Adèle Nègre, Florian Tomasini, Guillaume Dreidemie, Jean-Charles Paillet, Odile Robinot, Pierre Rosin, Corinne Colet, Daniel Birnbaum, Jérôme Pergolesi, Estelle Boullier, Aline Angoustures, Sophie Nicol, Brigitte Giraud, Agnès Cognée, Olivia Del Proposto, Erick Jonquière, Olivier Cousin, Fabrice Marzuolo, Arthur Catheri…

Quatre, poème de soutien à la famille Karasani

"Quatre" : un poème écrit en soutien à la famille Karasani, famille d'origine albanaise résidant à Saint-Aubin-du-Cormier en Bretagne depuis 2015, en très bonne voie d'intégration et malgré cela menacée d'expulsion. Chacun peut poster un poème en soutien sur la page de l'évènement Fb "100 poèmes en soutien à la famille Karasani". Toutes les infos sur la page Facebook ici.
Quatre



Quatre de plus
Quatre de moins
Qu'est-ce que ça change ?
Rien
Tout
Quatre personnes
Quatre sourires
Quatre mondes
De joies
De douleurs
De rêves
D'espoirs
Quatre sensibilités
Une famille en lutte
Pour une vie meilleure
Pour une vie digne
Travailler
Se rendre utile
Aller à l'école
Avoir des amis
Construire une vie
Ici
Juste là
Dans ce coin de Bretagne
Où l'accueil n'est pas
Un vain mot




Marianne Desroziers

Poèmes dans la revue Microbe

Très heureuse en ce début d'année 2017 d'être au sommaire du numéro 99 de la revue poétique Microbe qui explore pour son avant-dernier numéro le thème de la peau, d'autant que j'y suis en très bonne compagnie (Murièle Modély, Marlène Tissot, Cathy Garcia, Alissa Thor, etc.). 
Plus d'informations par là.