Accéder au contenu principal

Journal d'une française en résidence d'écriture en Allemagne : première semaine

Durant les deux mois que je vais passer à la Villa Clementine à Wiesbaden, en Allemagne, je partagerai avec vous mon expérience sous forme de billets publiés sur ce blog tous les dimanches.

Première semaine 

Que dire de cette première semaine ? Qu'elle fut courte puisque je ne suis arrivée que mardi soir tard. Je suis très contente d'être là même si je ne sais pas trop ce que j'ai fait pour mériter cette chance et que je m'interroge beaucoup sur ma place d'écrivain citoyenne face à la violence du monde, notamment au drame des migrants qui voient en l'Allemagne un Eldorado.

Ces quatre derniers jours furent très remplis, pleins de découvertes et d'émotions, d'idées nouvelles qui germent tranquillement, de discussions en anglais avec Hartmut et en français avec Harry, deux hommes de grande culture qui sont des personnes référentes pour les auteurs en résidence à la Villa Clementine.

Que garderai-je en mémoire de ces premiers jours de résidence ? Les parcs magnifiques et très propres avec des sculptures, des vestiges de temple romain et une colonne de l'époque carolingienne, des canards du Nil, des perroquets, le Théâtre National grandiose que j'ai pu visiter et où j'ai pu écouter des extraits d'opéra en buvant une coupe de champagne local lors des portes ouvertes, l'immense marché du samedi noir de monde.











Quelques déconvenues quand même : impossible de trouver des oeufs dans un supermarché (alors qu'on peut y acheter des cigarettes), et le rayon biscottes est réduit à la portion congrue (les Krisprolls et les Wasa, ce n'est pas des vraies biscottes!), alors si vous cherchez comme moi des biscottes au blé complet, je vous souhaite bon courage, quant au goût des tomates achetées sur le marché, elles n'ont pas grand chose à voir avec celles du jardin de mon père... mais je m'adapte, c'est la moindre des choses, tellement je suis chanceuse d'être là. L'essentiel c'est que j'ai trouvé un excellent magasin bio et une boulangerie qui fait de très bons pains aux raisins...



Surprise aussi par les jupes à 600 euros du magasin d'en face. On m'avait prévenue que cette rue était un peu l'équivalent des Champs Elysée (appelée "la rue" par les habitants, pour faire chic car français égale chic) mais quand même ça m'a fait bizarre... j'attendrai de rentrer en France pour faire les magasins !

Je me rends surtout compte que je parviens à me débrouiller beaucoup mieux que je n'aurais cru (c'est la première fois que je pars seule à l'étranger). Je baragouine en anglais, fait de grands gestes pour me faire comprendre et dis deux mots de politesse en allemand en souriant et tout se passe bien en général... sauf quand je m'emballe en faisant une grande phrase humoristique en anglais à la boulangère qui me regarde avec un air ahuri, voire effrayé (tout le monde ne parle pas anglais)!

Je m'habitue aux sonorités particulières de la langue allemande et au fait de ne pas comprendre ce que les gens se disent ou me disent. S'ils rient, je rie avec eux, sans comprendre, c'est instinctivement le corps qui réagit. J'écoute la radio allemande tous les matins au petit déjeuner pour m'imprégner de la langue. J'aimerais apprendre l'allemand et approfondir l'anglais... pourquoi pas me remettre à l'espagnol aussi tant que j'y suis : vaste chantier mais beau projet (utopique?) !

Il est quand même des hasards extraordinaires : trois jours avant mon départ j'ai acheté dans une librairie française (où j'étais venue pour une rencontre autour de la littérature indienne) un livre d'un jeune auteur allemand, Jan Wagner. Il s'agit d' un beau livre de poésie publié au Cheyne Editeur et bilingue. J'ai montré ce livre à Harry et il connait personnellement l'auteur. Il m'a dit que c'était une très bonne lecture et il m'a expliqué et fait répéter en allemand les mots du premier poème : c'était un très bon moment. 

L'appartement où je suis logée, au dernier étage de la Villa Clementine est très vaste, lumineux et bien équipé... même si l'étage est un peu grand pour moi toute seule (il est prévu pour 3 écrivains) et que je me perds entre la cuisine et la chambre (le sens de l'orientation et moi ça fait deux!). J'ai aussi un peu de mal à m'habituer au bruit de la circulation la nuit mais je commence à en faire abstraction et dors de mieux en mieux. En octobre, une auteure tchèque sera aussi à la Villa : j'ai déjà hâte de la rencontrer. En attendant, j'apprécie un peu de solitude et de tranquillité. Il manque quand même un chat (ou même deux !) à mon bonheur... 

Pour finir, je ne peux pas ne pas vous montrer cet objet étrange, que je n'ose appeler décoratif mais dont je ne vois pas non plus l'utilité pratique, qui trône dans le hall de l'étage des auteurs et que je croise donc plusieurs fois par jour. On dirait un virus, non ?

  

Cette semaine j'ai écrit... trois nouvelles, qui ont encore besoin d'un peu de travail certainement pour gagner en force et en précision, ainsi que des fragments poétiques et tous les soirs je tiens mon journal.

Cette semaine j'ai lu... "Metapoly", roman de Georgie de Saint-Maur (Editions de l'Abat-Jour), "Les livres prennent soin de nous. Pour une bibliothérapie créative", essai de Régine Detambel et "Archives nomades", poèmes en édition bilingue allemand/français de Jan Wagner (Cheyne Editeur).

La suite au prochain épisode (dimanche 13 septembre)


Posts les plus consultés de ce blog

Deux poèmes dans le numéro 8 de la revue 17 secondes

C'est avec grand plaisir que je vois deux de mes poèmes publiés dans la revue 17 secondes, revue numérique mais dont il existe aussi une version papier (à paraître bientôt). Merci à Jérôme Pergolesi de m'accueillir pour la deuxième fois dans sa belle revue qu'on peut lire ici. 
Au sommaire de ce numéro : Rodolphe Houllé, Harry Szpilmann, Esther Salmona, Jacques Pierre, Flora Botta, Marie-Paule Bargès, Colette Daviles-Estinès, Rita Renoir, Roselyne Sibille, Karim Cornail, François Teyssandier, Thierry Radière, Philippe Agostini, Márcia Marques-Rambourg, Joelle Petillot, Esther Salmona, Adeline Duong, Sandrine Waronski, Nicholas Petiot, Clara Bouhier, Adèle Nègre, Florian Tomasini, Guillaume Dreidemie, Jean-Charles Paillet, Odile Robinot, Pierre Rosin, Corinne Colet, Daniel Birnbaum, Jérôme Pergolesi, Estelle Boullier, Aline Angoustures, Sophie Nicol, Brigitte Giraud, Agnès Cognée, Olivia Del Proposto, Erick Jonquière, Olivier Cousin, Fabrice Marzuolo, Arthur Catheri…

Quatre, poème de soutien à la famille Karasani

"Quatre" : un poème écrit en soutien à la famille Karasani, famille d'origine albanaise résidant à Saint-Aubin-du-Cormier en Bretagne depuis 2015, en très bonne voie d'intégration et malgré cela menacée d'expulsion. Chacun peut poster un poème en soutien sur la page de l'évènement Fb "100 poèmes en soutien à la famille Karasani". Toutes les infos sur la page Facebook ici.
Quatre



Quatre de plus
Quatre de moins
Qu'est-ce que ça change ?
Rien
Tout
Quatre personnes
Quatre sourires
Quatre mondes
De joies
De douleurs
De rêves
D'espoirs
Quatre sensibilités
Une famille en lutte
Pour une vie meilleure
Pour une vie digne
Travailler
Se rendre utile
Aller à l'école
Avoir des amis
Construire une vie
Ici
Juste là
Dans ce coin de Bretagne
Où l'accueil n'est pas
Un vain mot




Marianne Desroziers

Poèmes dans la revue Microbe

Très heureuse en ce début d'année 2017 d'être au sommaire du numéro 99 de la revue poétique Microbe qui explore pour son avant-dernier numéro le thème de la peau, d'autant que j'y suis en très bonne compagnie (Murièle Modély, Marlène Tissot, Cathy Garcia, Alissa Thor, etc.). 
Plus d'informations par là.