Accéder au contenu principal

Journal d'une française en résidence d'écriture en Allemagne : première semaine

Durant les deux mois que je vais passer à la Villa Clementine à Wiesbaden, en Allemagne, je partagerai avec vous mon expérience sous forme de billets publiés sur ce blog tous les dimanches.

Première semaine 

Que dire de cette première semaine ? Qu'elle fut courte puisque je ne suis arrivée que mardi soir tard. Je suis très contente d'être là même si je ne sais pas trop ce que j'ai fait pour mériter cette chance et que je m'interroge beaucoup sur ma place d'écrivain citoyenne face à la violence du monde, notamment au drame des migrants qui voient en l'Allemagne un Eldorado.

Ces quatre derniers jours furent très remplis, pleins de découvertes et d'émotions, d'idées nouvelles qui germent tranquillement, de discussions en anglais avec Hartmut et en français avec Harry, deux hommes de grande culture qui sont des personnes référentes pour les auteurs en résidence à la Villa Clementine.

Que garderai-je en mémoire de ces premiers jours de résidence ? Les parcs magnifiques et très propres avec des sculptures, des vestiges de temple romain et une colonne de l'époque carolingienne, des canards du Nil, des perroquets, le Théâtre National grandiose que j'ai pu visiter et où j'ai pu écouter des extraits d'opéra en buvant une coupe de champagne local lors des portes ouvertes, l'immense marché du samedi noir de monde.











Quelques déconvenues quand même : impossible de trouver des oeufs dans un supermarché (alors qu'on peut y acheter des cigarettes), et le rayon biscottes est réduit à la portion congrue (les Krisprolls et les Wasa, ce n'est pas des vraies biscottes!), alors si vous cherchez comme moi des biscottes au blé complet, je vous souhaite bon courage, quant au goût des tomates achetées sur le marché, elles n'ont pas grand chose à voir avec celles du jardin de mon père... mais je m'adapte, c'est la moindre des choses, tellement je suis chanceuse d'être là. L'essentiel c'est que j'ai trouvé un excellent magasin bio et une boulangerie qui fait de très bons pains aux raisins...



Surprise aussi par les jupes à 600 euros du magasin d'en face. On m'avait prévenue que cette rue était un peu l'équivalent des Champs Elysées (appelée "la rue" par les habitants, pour faire chic car français égale chic) mais quand même ça m'a fait bizarre... j'attendrai de rentrer en France pour faire les magasins !

Je me rends surtout compte que je parviens à me débrouiller beaucoup mieux que je n'aurais cru (c'est la première fois que je pars seule à l'étranger). Je baragouine en anglais, faisant de grands gestes pour me faire comprendre et je dis deux mots de politesse en allemand en souriant et tout se passe bien en général... sauf quand je m'emballe en faisant une grande phrase humoristique en anglais à la boulangère qui me regarde avec un air ahuri, voire effrayé (tout le monde ne parle pas anglais)!

Je m'habitue aux sonorités particulières de la langue allemande et au fait de ne pas comprendre ce que les gens se disent ou me disent. S'ils rient, je rie avec eux, sans comprendre, c'est instinctivement le corps qui réagit. J'écoute la radio allemande tous les matins au petit déjeuner pour m'imprégner de la langue. J'aimerais apprendre l'allemand et approfondir l'anglais... pourquoi pas me remettre à l'espagnol aussi tant que j'y suis : vaste chantier mais beau projet (utopique?) !

Il est quand même des hasards extraordinaires : trois jours avant mon départ j'ai acheté dans une librairie française (où j'étais venue pour une rencontre autour de la littérature indienne) un livre d'un jeune auteur allemand, Jan Wagner. Il s'agit d' un beau livre de poésie publié au Cheyne Editeur et bilingue. J'ai montré ce livre à Harry et il connait personnellement l'auteur. Il m'a dit que c'était une très bonne lecture et il m'a expliqué et fait répéter en allemand les mots du premier poème : c'était un très bon moment. 

L'appartement où je suis logée, au dernier étage de la Villa Clementine est très vaste, lumineux et bien équipé... même si l'étage est un peu grand pour moi toute seule (il est prévu pour 3 écrivains) et que je me perds entre la cuisine et la chambre (le sens de l'orientation et moi ça fait deux!). J'ai aussi un peu de mal à m'habituer au bruit de la circulation la nuit mais je commence à en faire abstraction et dors de mieux en mieux. En octobre, une auteure tchèque sera aussi à la Villa : j'ai déjà hâte de la rencontrer. En attendant, j'apprécie un peu de solitude et de tranquillité. Il manque quand même un chat (ou même deux !) à mon bonheur... 

Pour finir, je ne peux pas ne pas vous montrer cet objet étrange, que je n'ose appeler décoratif mais dont je ne vois pas non plus l'utilité pratique, qui trône dans le hall de l'étage des auteurs et que je croise donc plusieurs fois par jour. On dirait un virus, non ?

  

Cette semaine j'ai écrit... trois nouvelles, qui ont encore besoin d'un peu de travail certainement pour gagner en force et en précision, ainsi que des fragments poétiques et tous les soirs je tiens mon journal.

Cette semaine j'ai lu... "Metapoly", roman de Georgie de Saint-Maur (Editions de l'Abat-Jour), "Les livres prennent soin de nous. Pour une bibliothérapie créative", essai de Régine Detambel et "Archives nomades", poèmes en édition bilingue allemand/français de Jan Wagner (Cheyne Editeur).

La suite au prochain épisode (dimanche 13 septembre)


Posts les plus consultés de ce blog

Soirée de lancement de la revue La Piscine le 27/10/2017

Lecture de mon texte "Il faut être sauvage", publié dans le numéro 2 de la revue la Piscine sur le thème "Incidences/coïncidences". 
Photo : Claire Musiol

C'était le vendredi 27 octobre 2017 à la librairie Sauramps Odysseum à Montpellier, nous fêtions le lancement du numéro 2 de la revue La Piscine en présence de 3 des 4 maîtres-nageurs (Louise Imagine, Philippe Castelneau, Christophe Sanchez... manquait Alain Mouton) à l'origine de cette très belle revue (une des plus belles où j'ai publié), de 6 auteurs (Raymond Alcovère, Daniel Frayssinet, Claire Musiol, Nat Yot, Françoise Renaud et moi-même) et de l'artiste Olivier Chevalier. Une bien belle soirée de lectures et d'échanges autour de la littérature, de l'art et de la vie... qui me donne envie de revenir bien vite à Montpellier (et d'y rester un peu plus longtemps)!!! Merci à tous pour votre accueil chaleureux, en particulier à Nathalie et ses deux chats.
Pour en savoir plus sur le sommair…

Photos de la soirée autour du numéro 2 de l'Ampoule à Olympique

Quelques photos de la soirée du 15 décembre 2017 à la librairie Olympique à Bordeaux pour le lancement du deuxième numéro papier de la revue l'Ampoule. Grand merci au libraire Jean-Paul Brussac, à tous les auteurs et illustrateurs et au public présent. Toutes les photos sont de Xavier de Bordeaux (merci à lui). 


 Jean-Paul Brussac installant les dessins de Maxime Derouen

Xavier de Bordeaux

Roland Goeller

Anne Escaffit

Maxime Derouen, puis Charlie Ambrose

Jean-Paul Brussac

Au sommaire du numéro 2 de la revue La Piscine

Au sommaire du numéro 2 de la Revue graphique et littéraire La Piscine à paraître à la rentrée. 
Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore cette très belle revue, voici la présentation de leur site :
Née en été entre cyprès et amitié, La Piscine est une revue graphique et littéraire en diptyque et tête-bêche. Deux côtés, une face A et une face B à retourner comme nos beaux vieux disques vinyles. Se retourner : c’est ce que l’équipe des maitres-nageurs de La Piscine vous propose. Se retourner et se retrouver au fond des eaux comme à la surface grâce à la littérature et aux arts graphiques qui nous et vous plaisent. Nous : ce sont quatre personnes autour d’un projet simple et ambitieux. Diffuser la création contemporaine dans une publication épurée mais riche, simple mais intelligente, belle mais exigeante et qui se veut aussi légère que profonde comme un après-midi d’échanges entre amis au bord de l’eau. Nous sommes quatre, Louise, Philippe, Christophe, et Alain, à vouloir vous…