Accéder au contenu principal

Journal de résidence d'écriture au Mans (première période, semaine 1)

Chaque vendredi, je partagerai ici mon expérience de résidence d'écriture au Mans. 
Arrivée au Mans lundi, je commence à peine à prendre mes marques, à me repérer dans le centre-ville et à trouver mon rythme de travail. Je suis là jusqu'au 30 avril. Je reviendrai ensuite pour deux périodes de 4 semaines : du 14 juin au 8 juillet puis du 1er au 30 octobre.
Cette première semaine a été consacrée à la rencontre avec les élus, les journalistes et les partenaires de l'association La 25ème Heure du Livre pour le volet médiation culturelle de la résidence. J'ai été très chaleureusement accueillie et agréablement surprise par l'attente et l'engouement suscités par ma venue. Je me réjouis des interventions prévues (lectures, rencontres, ateliers d'écriture) auprès de publics variés (seniors, lycéens, personnes handicapées, personnes détenues).
La ville du Mans n'est pas seulement la ville des 24 heures du Mans : c'est une ville très dynamique au niveau culturel (théâtre, cirque, danse, musique, bibliothèques, librairies) avec de nombreux évènements : j'assisterai en particulier dans les prochaines semaines au Forum Philo les 16 et 17 avril et au Dico-Plaisir le 24 avril (premier RDV national des amoureux des dictionnaires).
Le temps n'étant pas très clément, je n'ai pas eu beaucoup eu le temps de me promener dans la ville mais j'ai pu quand même découvrir le vieux Mans qui a beaucoup de charme et de caractère avec ses maisons à colombages et sa splendide cathédrale Saint-Julien. Pas étonnant que de nombreux films aient été tournés dans ces ruelles : Cyrano de Bergerac, Molière, Le Bossu. Merci à Madame Clara Hérin et Monsieur Thierry Hubert qui m'ont guidée et m'ont expliqué l'histoire de la ville. 




Côté écriture, j'ai pu avancer dans mon projet d'écriture poétique fragmentée autour d'Unica Zürn (1916-1970), écrivain et artiste allemande, compagne d'Hans Bellmer, en particulier grâce à la documentation trouvée à la médiathèque Louis Aragon (très belle médiathèque).


  Vue des fenêtres de mon appartement au deuxième étage

J'ai aussi commencé une nouvelle sur le thème "Rêves et Chimères", thème de la commande passée par les organisateurs de la résidence et qui devrait faire l'objet d'une publication collective dans quelques années avec les textes des prochains auteurs en résidence.

A détour des rues des surprises...




  Rêve ou réalité ?


Depuis lundi, je passe et repasse devant chocolaterie Larnicol : combien de temps vais-je tenir avant d'entrer à l'intérieur ? En attendant, cette photo prise de l'extérieur...


Posts les plus consultés de ce blog

Soirée de lancement de la revue La Piscine le 27/10/2017

Lecture de mon texte "Il faut être sauvage", publié dans le numéro 2 de la revue la Piscine sur le thème "Incidences/coïncidences". 
Photo : Claire Musiol

C'était le vendredi 27 octobre 2017 à la librairie Sauramps Odysseum à Montpellier, nous fêtions le lancement du numéro 2 de la revue La Piscine en présence de 3 des 4 maîtres-nageurs (Louise Imagine, Philippe Castelneau, Christophe Sanchez... manquait Alain Mouton) à l'origine de cette très belle revue (une des plus belles où j'ai publié), de 6 auteurs (Raymond Alcovère, Daniel Frayssinet, Claire Musiol, Nat Yot, Françoise Renaud et moi-même) et de l'artiste Olivier Chevalier. Une bien belle soirée de lectures et d'échanges autour de la littérature, de l'art et de la vie... qui me donne envie de revenir bien vite à Montpellier (et d'y rester un peu plus longtemps)!!! Merci à tous pour votre accueil chaleureux, en particulier à Nathalie et ses deux chats.
Pour en savoir plus sur le sommair…

Photos de la soirée autour du numéro 2 de l'Ampoule à Olympique

Quelques photos de la soirée du 15 décembre 2017 à la librairie Olympique à Bordeaux pour le lancement du deuxième numéro papier de la revue l'Ampoule. Grand merci au libraire Jean-Paul Brussac, à tous les auteurs et illustrateurs et au public présent. Toutes les photos sont de Xavier de Bordeaux (merci à lui). 


 Jean-Paul Brussac installant les dessins de Maxime Derouen

Xavier de Bordeaux

Roland Goeller

Anne Escaffit

Maxime Derouen, puis Charlie Ambrose

Jean-Paul Brussac